Yeti or not Yeti ....

20 ou 30 km là est le dilemme.

IMG_20160117_081317

Dans des conditions difficiles, une belle épaisseur de neige poudreuse toute fraiche mais avec de bonnes conditions météo. Le Trail hivernal du Sancy a tenu toutes ses promesses.

A 09h00, au MONT DORE, se sont 1 400 coureurs qui se sont élancés à l'assaut de magnifiques paysages à découvrir avec de belles difficultés à surmonter.

Le départ est donné a 9h05, l'organisateur a mis en avant deux coureurs et oui happy birthday après le briefing invitant les coureurs  à la prudence et à passer du 20 au 30km suivant les conditions avec un équipement adapté aux hauteurs de neige poudreuse qui varient de 40 à 70 cm a 1500 mètre d'altitudes. Le couperet est fixé au 9eme km au col de Guery à 10h40 -10h50.

Je pars prudemment à l’arrière du peloton, la foule nous encourage dans les rues de la ville. 2 km de descentes sur bitumes avant d'aborder  la route et le GR qui nous fait monter sur les crêtes qui accèdent du Mont dore au puy gros. Les premières pentes et je remonte, on entend l'angoisse et le silence dans la première montée montre la concentration des coureurs. J’adopte l'allure rando-course si fidèle à mes sorties. Je grimpe, je remonte et je discute,  je rencontre des berrichons et les premiers sentiers poudrés font leur apparitions. La file indienne des coureurs serpente les chemins d'auvergne. Des petits bouchons lors d'un franchissement de pont ou au passage d'un arbre couché mais le paysage est tellement magnifique que je m'arrête prendre des photos et des vidéos. Voilà nous partons à la recherche du yeti du Guery mais ou est il... Le première indice vient par la ...

cap_guery

IMG_20160117_094730S

IMG_20160117_092953

IMG_20160117_093708

IMG_20160117_100129IMG_20160117_100133

IMG_20160117_100337

IMG_20160117_100141

IMG_20160117_101947

IMG_20160117_104753

IMG_20160117_104759

Le soleil commence à se lever et le brouillard se  disperse nous somme à l'approche du lac de Guery au 9eme km et déjà 1h35 de course quand j'arrive au premier ravito. La foule et les supporters sont massés dans la dernière côte qui accède aux tables du ravitaillement. On entend de fort encouragement :" allez le ravito est a 50 mètres" avec les cloches des alpages. Une ambiance folle qui redonne du peps. Un petite soupe, un morceau de st nectaire avec du jambon cru et ça repart. Le pointage à 1h41 de course droite ou gauche, dur dilemme ... Bon il fait beau et après deux trois tergiversation avec le bénévole.  Je pars à droite. Je vais donc charcher le yeti.

Des paysages à couper le souffle sur les hauteurs

Le 30 sera donc mon menu du jour. je suis frais, la tête est là, les jambes aussi répondent bien, le chrono et bien n'est pas pour aujourd'hui mais Je m'en moque, je bifurque. Je suis venu pour en prendre plein la vue donc je monte.

Ici la course change après quelques km les coureurs sont plus parsemés seulement 460 coureurs feront se choix sur les 1400 inscrits. Les sentiers deviennent plus étroit et la poudreuse plus épaisse. Sur les premiers lacets nous avons des congères et malgré la trace des premiers.  Nous en avons jusqu'à mi-mollet 30-40 cm, dur d'avancer à une allure correcte dans ces conditions. Nous attaquons la montée des puy  ou les températures annoncé en haut sont de -11 ( -20 ressentie), va falloir se couvrir. je cherche le yeti du guery mais ou es tu???

IMG_20160117_111533

IMG_20160117_113013

IMG_20160117_114623

IMG_20160117_120154

Le passage du puy du loup se fait en 2h15. Les hauteurs de neige flirt avec les 80 cm de neige. Les paysages sont à couper le souffle. Nous avons une vue à 360 sur les puys qui nous entoure. Le soleil nous fait même son apparition. Apres 2h47 de course je franchis La banne d'Ordanche et nous pouvons redescendre sur Murat pour le deuxième ravitaillement.  L'ambiance sur cette partie a été très polaire mais entre coureurs ça rigole et ca chambre sur les allures de limace de cette année. Les bénévoles nous chouchoute au ravito, nous sommes dans les 60 derniers de la course et la encore plein de victuailles et de ripaille. Je scrute une bénévole et la je m'aperçois de son déguisement WMCA, je tourne la tête et un coureur arrive avec une cagoule Télétubbise et un autre avec la cagoule du Yeti. Ce n’était donc pas un mythe, j’ai pu voir le Yéti dans le sancy. Le panneaux me l'indiquait plus bas ;-)

yogi_1

Là je me demande si je suis encore sur terre. Je suis en phase d'hallucination ou pas mais non la bonne ambiance règne malgré les souffrances dans le peloton Certain se voit en 5h30 d'autre en 7h00 car ils sont cuit. Il nous reste encore la montée sur le puy gros et s'est un gros morceau. Des coureurs abandonnent au ravitaillement de Murat gelé ou cheville endolorie par les foulures. Sur ce terrain, les appuis sont très fuyants. On dépense le double d'énergie avec le froid.

IMG_20160117_123318

IMG_20160117_123337

IMG_20160117_123341

IMG_20160117_123411

3h30 de course et nous avons seulement fait 17 km sur parcours et 790 de d+ sur les 1500 au total.

Je repars pour les deux dernières ascensions le puy gros et le rigolet-haut. Mais ça rigole bas. La montée du puy gros se fait entre brouillard et apparition du soleil. Le vent souffle et les mains commencent à geler. Chaque pas devient difficile dans ses conditions. Le paysage est lunaire que du blanc à perte de vue. Je réussis à atteindre le sommet en 5h-5h10 de course. Je ne reste pas longtemps il fait froid. Une photo souvenir au sommet, s'est partie pour la descente vers le mont dore.

IMG_20160117_134800

IMG_20160117_134820Moyenne

IMG_20160117_134835

IMG_20160117_135502

Au fil des km depuis le puy du loup j'ai remarqué un coureur avec son chien. Nous entamons la discutions. Ils courent ses courses de montagne accompagnée de son fidèle compagnon. Il me raconte quelques anecdotes pour se reposer. Une forme de binômes. il s'arrête quand le chien à les coussinets froid et qu'il sent qu'il peine et vise vers ça des que la laisse tire le chien s'arrête pour attendre son maitre et qu’il se repose.

IMG_20160117_145300

IMG_20160117_145312

Nous arrivons au 25ème km le ravitaillement à l'entrée du mont dore, il tombe à point. Un petit café et ça repart, après cette descente verglacé par le dégèle ou beaucoup de coureurs qui n'étaient pas équipé de Easyshose ou Yatrack se sont pris de belles cabrioles sans gravité. La fin de parcours commence à être dure pour les cuisses La dernière côte achève le peu de quadriceps restant. Les singles ressemblent à un passage de famille de sanglier dans la poudreuse. La dernière descente arrive à temps et donne des ailes sur la piste de ski de fond qui surplombe le mont dore… et oui car nous sommes entrée dans la ville pour en ressortir et monter sur les hauteurs. Une boucle qui use et qui fait chauffer une dernière fois les cuisses.

Enfin la délivrance après 6h24 de course je franchis la ligne d'arrivée avec cette sensation d'être vidé mais heureux.

Un parcours qui restera fabuleux et magique à la fois malgré des conditions difficiles. Une organisation à féliciter par son engagement et sa volonté à faire que tout soit au petit ognon. Tout ça pour seulement 28 euros. Je conseils cette destination a tout traileurs. Vous ne serez pas déçus sensations garanties dans le puy de dôooome.

IMG_20160116_153502

IMG_20160117_153734

 


Résultat 2016 ici