Courir pour la passion et l'émotion

22 février 2019

Ultr'ardeche 2019 222 km ACTE III : 18-19 Mai 2019

40932358_2377037172306736_6318211064978735104_n

En 2019 s'est mon gros projet avec ma tentative de tirage au sort du spartathlon .

222 km sur les routes ardéchoise. 

Après deux premières éditions en 2012 et 2013 restées dans les mémoires, L’Ultr’Ardèche avait été mise en sommeil, au grand désarroi des amateurs d’ultramarathons musclés. En 2019 ceux-ci retrouvent le sourire, la pêche, la patate et la banane puisque la 3ème édition tant attendue est enfin programmée pour le week-end des 18 et 19 mai prochains.

La grande, redoutable et tumultueuse boucle autour de ce département aux charmes touristiques incontestés et aux formes (reliefs) avantageuses, initialement de 212 kilomètres en 2012, puis 216 en 2013, a encore forci de quelques poignées d’hectomètres puisqu’elle est annoncée à 222 kilomètres tout rond pour l’Opus 2019. Mais quand on aime on ne compte pas, et pas les bornes kilométriques non plus.

Le temps d’un très long week-end sans sommeil, la petit commune d’Alboussière, centre névralgique de l’épreuve, va donc redevenir la capitale de l’Ardèche ! A 100 jours du départ, 130 concurrents sont déjà enregistrés pour un nombre de participants limité à 150 qui risque fort d’être atteint avant le mois de mai. Un chiffre jamais atteint en France sur aucune course de ce gabarit, alors que l’ultra route est globalement à la peine et que ses pelotons vieillissent, décimés par le succès des ultra-trails qui prolifèrent d’année en année. La première réussite de l’Ultr’Ardèche est bien là et elle la doit d’une part à la personnalité de son initiateur et meneur, Laurent Brueyre, lui-même ultramarathonien, et aussi à l’accueil offert par Alboussière, Monsieur le Maire en tête, lors des deux premières éditions. Et puis cette année les organisateurs n’ont vraiment pas lésiné sur les moyens ni la logistique puisqu’une pleine lune bien pleine viendra éblouir la nuit du 18 au 19 mai…

Nombreux sont les pionniers de 2012 et 2013 qui reprendront la route d’Alboussière à la mi-mai et, autre constat notable, nombreux sont aussi les coureurs de l’Ouest qui ont déjà signé leur engagement et se préparent à traverser la Gaule pour envahir l’Ardèche : Finistère en tête avec 8 coureurs pour un total de 18 coureurs armoricains (29+35+56+22+44), plus de 10% de l’effectif.

Attention Alerte Météo : avis de coup de froid, avis de coup de chaud ou avis coup de tabac au choix car lorsqu’on prend de l’altitude en Ardèche, la météo devient imprévisible et lors de la seconde édition nombre de coureurs furent surpris de franchir le Mont Gerbier-de-Jonc (alt. 1417 mètres) sous les flocons de neige au mois de mai… Mieux vaut le savoir et s’équiper en conséquence.

► Ultr’Ardèche 2012 (212 km) : 94 partants, 59 finishers, vainqueurs Olivier Müller 23h59′ / Carmen Hildebrand (GER) 26h43′
► Ultr’Ardèche 2013 (216 km) : 113 partants, 66 finishers, vainqueurs Stéphane Ruel 23h07′ / Carmen Hildebrand (GER) 27h38′

Site Internet : http://ultrardeche.fr – Inscrits : http://ultrardeche.fr/inscription

 Dénivelé-2019

52384556_2715200011823782_4900788620832538624_n

Posté par WILLIAM36 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


21 février 2019

Bourges-Sancerre 2019

 

52089387_10217631560557064_500727675577434112_o

La mythique randonnée du Bourges-Sancerre 2019 sous le soleil et le clair de lune.

La randonnée Bourges-Sancerre, c'était cette nuit et ce matin ! Les randonneurs étaient très nombreux cette année. Y étiez-vous ? 

Moi oui en compagnie de maxime, eric et des amis ultra.

52545265_10219063888456062_3004182950418841600_n

Avec 1.340 participants pour le Bourges-Sancerre, 1.171 pour la Petite sancerroise (le plus petit parcours), et 975 pour le Morogues-Sancerre (29 kms), l'édition 2019 a réunit 3.486 amoureux de la marche. Une des plus belles participations de ces quinze dernières années, sans doute grâce au soleil !

Les nombreux participants à la mythique randonnée Bourges-Sancerre, organisée par les Cyclotouristes berruyers, ont pris le départ, samedi à minuit, du parvis de la cathédrale de Bourges, après un passage par les inscriptions, à la mairie. Puis se sont élancés à l'assaut de quelque 56 kilomètres, ponctués de quelques points de ravitaillement.

Pas de pluie, peu de gel... Ce dimanche matin, la 68e édition de l'épreuve a été marquée par des conditions climatiques idéales. Ce qui n'est pas toujours le cas, loin de là ! Les marcheurs n'ont pas eu trop à pâtir de la boue. Et, une fois le soleil levé, ils ont profité de ses rayons jusqu'au bout du trajet.

Comme chaque année, le parcours a emmené les marcheurs à travers les plaines berrichonnes et les collines sancerroises. Peu avant les premières vignes, il suivait, comme souvent, la route qui serpente au pied de la tour de Vesvre, à Neuvy-Deux-Clochers, imposante maison forte du XIIe siècle dont le toit pointu domine la campagne environnante.

52376470_10219063889016076_8202393082927251456_n

Autre passage incontournable de l'épreuve, la côte de Champtin, sur la commune de Crézancy-en-Sancerre. Une montée raide, suivie d'un chemin surplombant les collines couvertes de ceps. « Je les vois passer ici depuis le début », sourit un riverain, vigneron retraité, qui ne manque jamais d'aller regarder les randonneurs en plein effort. « À l'époque, ils étaient une trentaine. On les prenait un peu pour des martiens ! Après, ils ont été une centaine... Et maintenant, trois mille ! »

52518065_2066819940075876_6658035526047629312_n

Au bout de ces dizaines de  kilomètres, ils sont arrivés sur le piton, aux Caves de la Mignonne, aboutissement traditionnel du Bourges-Sancerre. Moment de délivrance, de réconfort. L'occasion de se rassasier, aussi. « Les derniers kilomètres ont été un peu durs, mais c'est super », lançait un groupe de participants, tout sourires, après avoir franchi la ligne d'arrivée, au bout d'une ultime montée. 

 52582655_10219063890216106_3116067677408329728_n

 52591415_10219063889456087_1600912900254334976_n

 

Évènement - La mythique randonnée du Bourges-Sancerre 2019 sous le soleil en vidéos et en images

Avec 1.340 participants pour le Bourges-Sancerre, 1.171 pour la Petite sancerroise (le plus petit parcours), et 975 pour le Morogues-Sancerre (29 kms), l'édition 2019 a réunit 3.486 amoureux de la marche. Une des plus belles participations de ces quinze dernières années, sans doute grâce au soleil !

https://www.leberry.fr

 

Posté par WILLIAM36 à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 février 2019

courir et mediter : technique que j'utilise en ultra fond

 

road-florida

Voilà quelques méthodes que j'utilise pour avancer en ultra fond lors de mes ultra.

Sur le spartathlon j'ai pu mettre en application des choses que j'ai travaillé plusieurs années.

Courir en méditation – entraînez votre corps et votre esprit simultanément ! 

Certaines associations d’idées ne nous semblent pas naturel, du coup leurs « inventeurs » passent soit pour des originaux, soit pour des précurseurs. 

Vous déciderez vous-même dans quel camp vous rangerez Sakyong Mipham Rinpoche et son idée de courir en méditation.

 

Le principe ? Lisez plutôt, voici un résumé des quelques points qu’il aborde dans son livre,

« Running with the Mind of Meditation: Lessons for Training Body and Mind » 

51lBb4KMN3L

Courir en méditation

Courir et méditer, des idées opposées, à la base ? Peut-être,car la course est un entraînement du corps, et la méditation est une formation de l’esprit. 

cependant, 

Si nous nous entraînons seulement le corps et ignorons l’esprit, le corps est remis en forme tandis que l’esprit est négligé. […] Inversement, si nous nous concentrons uniquement sur l’esprit, c’est le corps qui est négligé, et nous ressentons les effets néfastes de notre forme physique stagnante. 

c’est une une autre façon de dire men sana in corpore sano, ça fait donc longtemps qu’on le sait ! Et Sakyong de soulever un point intéressant : 

la recherche neuro-scientifique révélant comment [la méditation] déplace nos ondes cérébrales, réduit le stress, l’anxiété, la dépression et la peur – et amplifie nos sentiments de calme et de bonheur. Ces bénéfices mettent en évidence certains éléments clés de la méditation qui sont aussi simples et évidents pour l’esprit que la souplesse et la musculation le sont pour le corps. Une fois que nous avons compris cela, nous pouvons appliquer les techniques de méditation à toute activité.

13938121_10210375690567974_6332460155889574638_o 

Nous avons déjà parlé de la Pleine Conscience. Appliquée au footing, cela donne : 

focalisons notre esprit à n’importe quelle activité, et observons-la d’une manière non moralisatrice : quand nous courrons, soyons conscients de notre respiration, du battement de nos pieds, du balancement de nos bras. Et ce faisant, nous ne ressentons plus d’inquiétude quant à l’avenir ou de regrets pour le passé. Simplement se concentrer sur ce que nous faisons maintenant. Sur le plan pratique, lorsque nous sommes conscients, nous sommes en contact avec ce que nous ressentons physiquement. Par conséquent, nous devenons capables de sentir quand nous en faisons un peu trop. 

Et ce sentiment d’unité avec son propre corps est une source de bien-être intense. 

Si nous parvenons à nous inculquer la discipline d’apprécier le moment présent, nous serons en mesure de profiter de toute activité, quoi qu’il arrive dans nos vies. 

Une fois que nous avons cette satisfaction, nous pouvons regarder plus loin et que ce soit avec le fait de courir ou dans la méditation, il y aura toujours des défis à se lancer.

Courir plus vite, plus loin ou plus longtemps. Dans la méditation, le défi c’est d’être courageux et non pas d’essayer d’esquiver constamment l’ennui l’inconfort, mais plutôt de faire face et d’être « cool » avec les choses telles qu’elles sont. Car affronter les moments de doute, apprécier le défi, ça renforce l’esprit et lui donne de la profondeur.

Effectivement, 

le challenge fait naturellement partie de la vie. Il nous permet de nous étendre au-delà de notre zone de confort et de nous lancer sans crainte vers de nouvelles expériences. Sans défi, la méditation et l’entraînement deviennent des routines que nous subissons. C’est facile à analyser puisque toute joie s’évapore. Le défi ajoute un peu d’audace et de démesure à la vie ! 

Enfin, dans le cas du footing comme dans la méditation, poursuit Sakyong, 

il est aussi important de se fixer un but. Et quand ce but est atteint, ressentir bien évidemment le sentiment d’accomplissement, de valorisation, qui va avec fait tellement de bien… 

Vous l’avez compris, courir en méditation ce n’est pas passer pour un fou dans le parc en criant « OM » (le son bouddhique, pas le nom de l’équipe !) à chaque expiration. Non. C’est faire en sorte que les deux activités se complètent et se renforcent afin de vous faire parvenir à un état d’harmonie qui vous permettra de vous sentir forts et mieux encore, en vie. 

Peut-être n’aimiez-vous pas courir, parce que vous trouviez ça ennuyeux ou répétitif, ou stérile. Eh bien vous venez de trouver les outils qui rendent ça enrichissant, alors maintenant sortez vos baskets et votre survêtement, c’est parti !

On lit souvent ici et là en parcourant le web qu'une course d'ultra fond de plus de 100 km se joue autant sur le mental que sur le physique. C'est une idée que je partage et à laquelle je rajouterai le facteur alimentation / hydratation dans les proportions suivantes :
1/3 physique, 1/3 mental et 1/3 nutrition / hydratation.
La préparation mentale est donc primordiale dans ce genre d'épreuve notamment lorsqu'on pratique seul, sans ravitaillement, public et autres coureurs, ce qui est mon cas. 

Je me sers donc de ses éléménts pour créer du positivisme et une atmosphère propre a mon environnement.

13938335_10210488556198115_8470518564809975972_n 

En parcourant le web j’ai découvert cet article de 2013 (source : www.lapresse.ca). J’aurais aimé connaitre l’aspect plus « psy » des ultrarunners. Y a t’il des profils psychologiques types ? Pour quelle(s) raison(s) l’ultrafond ? 

Une étude américaine permet de comprendre quel type de personnes s’adonnent à l’ultrafond, ces courses de plus de 42 kilomètres. 

Des chercheurs de l’université de Stanford en Californie ont passé en revue des données concernant 1345 coureurs d’ultrafond (soit des ex-coureurs ou des sportifs encore en activité), les interrogeant sur leur habitude de running et les différentes courses auxquelles ils ont participé.

Leurs résultats montrent que ce type de coureurs avaient en moyenne 36 ans lors de leur première course de plus de 42 km. Même si la majorité des coureurs avait environ sept ans d’expérience avant de courir un ultramarathon, environ 25% des personnes interrogées n’avaient que trois ans ou moins d’expérience avant de se lancer dans une très longue distance.

Autre information, peu surprenante cette fois, les coureurs d’ultrafond s’entraînent beaucoup. Par exemple, les coureurs encore actuellement en activité avaient couru 3347 km l’année précédant l’étude. Parmi les raisons avancées pour arrêter de courir les ultramarathons l’année précédente on note d’abord les blessures, puis le travail et les engagements familiaux.

Le site spécialisé Runner’s World note que ces résultats sont fidèles aux observations faites dans le milieu des courses d’ultrafond ces dernières années.

Pour éviter les echecs et les désilutions, je mets dans la balance tout ces éléménts pour créer mon bonheur et valorisé les reussites et les echecs.

13938539_856265667808497_1847398173525796990_n

Le repos et le recentrage sur soit est l'un des éléments majeur de la reussite . 

Je croise quotidiennement des personnes et des professionnels qui se disent toujours débordés. J’entends la même litanie : « Je n’ai pas le temps ! », tel le lapin blanc d’Alice au pays des merveilles qui répète sans cesse : « Je suis en retard ». Bien sûr nous sommes tous confrontés à quelques coups de bourre mais la source du problème n’est pas là. C’est essentiellement un manque d’organisation et de méthode. Courir après le temps est le résultat d’une vision court terme et d’une absence de stratégie.

Je suis convaincu que l’individu est par nature doté d’une endurance certaine mais malheureusement celle-ci est souvent mal exploitée. L’analogie avec le coureur de fond me saute aux yeux et j’en retiens les quatre qualités fondamentales nécessaires :

-      La patience

-      L’abnégation

-      Le travail

-      La stratégie

Les trois premières sont fortement liées à notre caractère et à notre histoire mais la quatrième, la stratégie, n’est pas innée, il faut la penser et la travailler régulièrement.

Même s’il est parfaitement entraîné, un sportif dépourvu de stratégie va commettre des erreurs qui empêcheront le succès : un mauvais rythme, une méconnaissance de ses concurrents, une perte de sang froid dans les situations difficiles, un manque de confiance en soi…

Savoir déléguer, se faire aider, s’entourer

Selon son niveau de pratique un sportif est plus ou moins entouré : staff médical, entraîneur, coach en préparation mentale… Mais plus ses niveaux d’exigence et de performance sont élevés, plus il doit s’entourer.

L’humain agit souvent seul et il pense que personne ne peut le comprendre ou l’aider. C’est une grave erreur : l’isolement tue ! A de rares exceptions près, un coureur de fond qui veut tout gérer lui-même va droit à l’échec, sans compter les éventuels impacts sur sa vie personnelle.

Les solutions ? Elles sont multiples et elles nécessitent d’y consacrer du temps et parfois un peu d’investissement financier :

-      Intégrer un groupe de sportifs locaux pour ne pas rester isolé.

-      rechercher des aides externes (supports techniques,…)

-      Recourir à un coach  qui, avec son œil externe, identifiera les axes d’amélioration.

-      Muscler son mental, éventuellement par l’intermédiaire d’un professionnel, pour mener à bien ses projets et sa vie personnelle.

25

La clefs se trouve dans le bonheur et la réussite. Peu importe ou l'on va mais s'est ce que l'on fait dans le présent l'important.

 

06 février 2019

Marathon de Marrakech 2019 N°61

Le marathon de Marrakech 2019 - la 30ème !

 

Oasis au pied des montagnes du Haut-Atlas, cité impériale entourée de sa superbe palmeraie et de ses remparts ocres, Marrakech la Rouge, la perle du Sud, qui a jadis prêté son nom au Maroc, conserve toujours intacte sa faculté d’émerveiller…

Me voilà pour réaliser mon 3 eme Marathon ici , après 2015,2016 ... 2017 avait été manqué et 2018 un vol annulé avait empéché d'y être pour cause de brouillard à l'aéroport de tours.

En 2019, départ de Lyon en avion dans cette aéroport si sympa et facile d'accès ...

La trentieme edition du marathon et semi marathon international de Marrakech se tiendra le 27 janvier 2019 á la ville de Marrakech au Maroc.

En effet, c'est un marathon qui est placé sous le haut patronage de Sa Majesté, le roi Mohammed VI et qui se déroule chaque année á la fin du mois de janvier. C'est un évènement sportif qui est organisé depuis pres de trente ans raison pour laquelle c'est un évènement capital pour les coureurs internationaux. L'international marathon Marrakech regroupe en general plus de 8000 athlètes aussi bien professionnels qu'amateurs avec la présence de plus de 55 pays. On note aussi lors de l'International marathon Marrakech la presence de grands coureurs olympiques. Il y'aura aussi une course gratuite et spéciale de 3,5km destinée aux enfants de 10 á 13 ans lors de ce marathon international.

Je suis accueilli par Mounir de Courir le monde pour ce week end ali express ou nous allons passer un agréable moment à plus de 40 CLM.

repas, dossards, et convivialité sont de mise.

Mon week end ce termine avec un marathon en 3h44'26 en partant sur les base au semi de 2h08 donc 4h16 .

De bonne sensation pour la suite de ma préapration ardeche en mai 2019.

voici la video de certain coureurs pour l'atmosphère:

 

marrakech Marathon 20190127

25 novembre 2018

2018 Marathon du beaujolais - 100 marathons de pink runner n°60

Affiche-2018-MIB

46451167_10213787421303221_2340674541149224960_n

46485434_10218267619861274_3344655290124468224_o

Ce marathon du Beaujolais est une course historique, qui existe depuis 14 ans, il traverse le vignoble du Beaujolais depuis le village de Fleurie (cru classé) jusqu’à Villefranche sur Saône, à 30 km au nord de Lyon. Il traverse 9 châteaux, on descend parfois dans la cave où on court sur le tapis rouge avec les cuves de vin à droite et les stands de dégustation à gauche… pour ressortir dans la cour majestueuse du château. C’est aussi un marathon festif, avec repas et soirées avant et après la course, de très nombreux coureurs déguisés et partout beaucoup d’ambiance.

46445144_383792695496157_3382472073438822400_n46492200_10218267604620893_7966341014619160576_n

Bravo aux 1200 bénévoles, et à une organisation au top. Avant le départ, les 2450 marathoniens inscrits en 2018 (record battu) sont accueillis dans une grande halle aux sports chauffée (très appréciable quand il fait 6°C dehors avec un petit crachin). A l’arrivée, rebelote : recouverts d’une couverture de survie, nous sommes dirigés vers le marché couvert, chauffé, où nous attendent les ostéos, les kinés, et le ravitaillement bien sûr.

Le marathon du Beaujolais est un incontournable pour ma part depuis 2-3 ans, je vais y participer pour la 2 eme fois.

146479591_10218335055035682_1798610395213070336_n

46470520_1928108297244086_6178916934742966272_n

Le marathon le plus festif avant le medoc ... pour finir ma prépa saintélyon en 6h26 et les 17 ravito festif fait dont 400-500 grammes de charolaises avalé.


3

Le Beaujolais nouveau vient de sortir et avec, un rendez-vous devenu incontournable dans la région : le marathon du Beaujolais 2018 !

En quelques chiffres : près de 17 000 inscrits, répartis sur 4 courses : 6 600 sur 13km, 6 500 sur le semi-marathon, 2 450 sur le marathon, complété par une course famille lancée cette année sur un circuit de 2,5km à parcourir 1 ou 2 fois.

Une renommée qui dépasse largement le cadre régional maintenant.

 

voici la video des lapins runner en prime

 

Posté par WILLIAM36 à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


2019 Marathon des vins de la Côte chalonnaise

 

Le Marathon des Vins de la Côte Chalonnaise, c’est reparti. Après l’édition 2018 qui a connu un grand succès avec plus de 4000 coureurs, petits et grands, 70 partenaires, 600 bénévoles, nous sommes ravis d’ouvrir les inscriptions pour la prochaine édition qui aura lieu le samedi 30 mars 2019. Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire en ligne pour 2019, qui s’annonce encore plus festive que 2018. A noter que le Marathon des Vins intègre le Challenge de la Convivialité.

Parcours

Épreuve reine du week-end, le marathon couvre une distance de 42,195 km. Les déguisements sont les bienvenus. Au cœur des vignobles de la Côte Chalonnaise, il traverse les communes de Givry, Dracy-le-Fort, Mellecey, Mercurey, Rully, Mercurey, Saint Martin sous Montaigu, Saint-Jean-de-Vaux, Barizey, Jambles et revient à Givry. Un chassé-croisé de 2 km permettra aux coureurs de s’encourager mutuellement (du 14 au 16ème kilomètre dans le sens aller et entre le 23 et 25ème dans le sens du retour).

 

Au chapitre des nouveautés : la boucle nord a été modifiée par rapport à 2018 et se fait dans l’autre sens. Le dénivelé a été diminué de 15 %, mais il reste quelques petites bosses si l’on veut découvrir les plus beaux points de vue. Les coureurs pourront aussi profiter d’un petit chassé croisé de 2 km, permettant de voir les coureurs revenir dans l’autre sens afin d’apporter un peu plus de convivialité. Le départ sera à 9h en 2019.

 

A l’arrivée : une médaille, un tee-shirt Finisher et une bouteille de vin de la Côte chalonnaise. Le temps de parcours est limité à 7h.

Une nouvelle course : le MARA3

Le MARA3, une nouvelle course en équipe de 3 coureurs : le 1er coureur prend le départ du km 0 à Givry (même départ et même parcours que le Marathon) et effectue l’intégralité du parcours. Au km 21, devant la mairie de Rully, le 1er coureur rejoint le deuxième coureur qui l’attend sur place et ils continuent le parcours ensemble à 2. Au km 32, sur la place de Saint Jean de Vaux, les 2 premiers coureurs retrouvent le troisième coureur qui attend sur place. Nos 3 coureurs continuent la course et doivent franchir ensemble la ligne d’arrivée à Givry.

Cette nouvelle épreuve peut permettre aux groupes d’amis, de niveaux différents, de courir ensemble. C’est aussi l’occasion, pour un premier marathon, de retrouver des amis sur le parcours qui vous accompagneront sur la fin de course. Cela peut permettre à des familles, dont certains membres ont des niveaux de course différents, de partager une course à pied et de se faire accompagner sur une partie du parcours par sa tribu. Alors n’attendez plus, venez participer à cette nouvelle épreuve.

Programme

Vendredi 29 mars
9h30 à 16h30 : Départ des courses enfants à Givry
13h à 19h : Ouverture du Village Marathon et retrait des dossards à la salle des fêtes de Givry
13h à 19h : Retrait des dossards et inscriptions sur place, à la salle des Fêtes de Givry
20h à 23h : Pasta Party avec animations à la salle des fêtes de Dracy le Fort

Samedi 30 mars
7h à 10h : Retrait des dossards et inscriptions sur place, à la salle des Fêtes de Givry

Présentation des plus beaux déguisements sur le podium 15 minutes avant le départ.

Les départs des courses :
9h à 10h15 : Départ des courses marathon, MARA3, semi marathon et 10 km
10h30 à 16h : Arrivée des coureurs 10, 21,1, 42,195 km et MARA3
12h30 : Remise des prix 10 km nature
13h30 : Remise des prix semi-marathon
14h : Départ des courses de la Foulée des P’tits Ceps (enfants de 2011 à 2014)
14h15 : Départ des courses de la Foulée des P’tits Ceps (enfants de 2008 à 2010)
15h : Départ de la course Benjamins
15h15 : Départ de la course Minimes
16h : Remise des prix marathon et du meilleur déguisement
19h30 : Soirée de Clôture (sur réservation uniquement)

Toute la journée : Ouverture du Caveau Givry Vins

Dimanche 31 mars
9h à 19h : Marche nordique et randonnée à Bouzeron

Toute la journée : Ouverture du Caveau Givry Vins
De nombreuses animations auront lieu tout le week end en Côte Chalonnaise.

EN mars 2019 , j'y serai ... alors l'inscription pour les voleureux est ici ci dessous :

 

MARATHON DES VINS DE LA COTE CHALONNAISE 2019

Faites comme moi, inscrivez vous à ce bel événement.

https://www.yaka-inscription.com

20170406124144_9_h480

 

26 octobre 2018

Le spartathlon 2018

 L'histoire de ZORBA le Grecque...

Le spartathlon ne se court pas… il se vit....

Without patience, you will never conquer endurance(*). Yiannis Kouros

45118324731_5419fd9bdf_o


Le weekend du 28-29 septembre s’est couru la 36e édition du Spartathlon, l’une des courses les plus difficiles du monde, traversant les vignobles et les oliveraies, des collines escarpées et l’ascension en pleine nuit d’un col culminant à 1.200 mètres d’altitude. Une épreuve d’ultra marathon de 246,7 km 3100 de d+« non stop » se disputant chaque année en Grèce fin Septembre.Le parcours de l'épreuve emprunte la route suivie par le légendaire messager Philippidès, qui, selon Hérodote, courut de Sparte à Athènes en 490 avant JC.

Philippidès, coureur d'élite de l'armée grecque, avait été dépêché à Sparte par le général Miltiade pour chercher de l'aide alors que l'armée perse menaçait Athènes. Il était arrivé à Sparte `un jour après' son départ, raconte Hérodote.

Cette aventure se passe de mot. Nous traversons des émotions qui apportent une richesse intérieure inestimable. Elle nous traverse ou transcende. C’est une course hors norme qui nous transporte hors du temps. L’organisation sans faille avec la présence des meilleurs coureurs de la discipline d'ultra fond tout confondu si humble soit il est impressionnant… le but est seulement de toucher le pied de la statue de Léonidas depuis l’Acropole d’Athènes. S’il y parvient, et quel que soit son classement, il recevra alors pour seul récompense une couronne d’olivier et une coupe d’eau fraîche. Le Spartathlon est une course à part, baignant dans l’esprit originel de l’olympisme.

Le Spartathlon emprunte le parcours qu'a suivi Philippidès en 490 avant JC en partant d'Athènes afin d'aller chercher de l'aide à Sparte pour combattre les Perses.

Il aurait parcouru à pied la distance d'environ 250 kilomètres en partant le matin pour arriver à Sparte le lendemain au soir, d'où le délai de 36 heures de la course.

Cette version d'Hérodote ("Et d'abord, avant qu'ils eurent quitté la ville, les généraux envoyèrent à Sparte un messager, ce Phidippidès, Athénien de naissance, et coureur aguerri par profession..." Livre VI -Erato-, 106, 1ère guerre médique), serait historiquement plus vraisemblable que la version plus populaire de Pline l'Ancien relatant Philippidès courant de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire des Grecs sur les Perses (à l'origine de l'épreuve du marathon).

En 1982, John Foden, officier britannique de la Royal Air Force, coureur d'ultra et passionné par la Grèce antique a voulu vérifier sur le terrain s'il était vraiment possible de relier Athènes à Sparte à pied en moins de un jour et demi.

En Octobre 1982, après avoir suivi la route vraisemblablement suivie par Philippidès en 490 avant JC, il parvint accompagné de 4 amis à rallier Sparte en 36 heures environ. La démonstration était faite.

Aujourd’hui D'athénes à nestani ou encore les raffineries de elefsina ou les décors sont loin du chemin antique de phillipides ou cette espace rongé et dévoré par l'homme me donne une sensation étrange que l'homme n'a plus de pitié pour la terre qui la nourrit ou les habitations prennent le pas sur les rochés, les incendie ayant ravagé cette été les rivages de la mer mais nous soldats des temps modernes allons découvrir après corinthe des paysages magnifique , des vignes , des espaces encore dessiné comme à l'époque par les oliviers et les collines qui se dessinent en filant vers le sud un trajet reconstitué d'après le texte d'Hérodote qui nous mènera à sparta. Nous sommes les derniers chasseurs de l'acte inutile et généreux 387 coureurs 45 nations et des kilomètres 247 dans cette vidéo du spartathlon. Et j’en serai.

Voila l’histoire étant posé, je suis Sélectionné en juin, lors du tirage après la sélection des minima -20% , je suis fixé je serai au spartathlon 2018.

J’en rêvais depuis 2012 et je l’ai mon ticket d’or de charly et la chocolaterie.

Cela est passé par les années 2016 et 2017 de non sélection mais j’ai continué à courir et m’entrainer pour se moment si désiré.

Ma préparation a commencé en janvier, j’ai ensuite établi une progression sur 3 mois et une phase spécifique de juin à aout 2018.

Tout cela pour venir à bout des barrières horaires de cette fameuse course dite le graal de l’ultra running. Après 1200 km de spécifique et 3200 km depuis janvier au total, j’aborde ce spartathlon serein mais limite car les derniers ont été difficile professionnellement et usant psychiquement.

Je fais avec et part pour Athènes la tête dans mon projet et laisse les soucis en France.

Le lundi, j’arrive chez gille et Françoise à bordeaux qui m’héberge généreusement cette nuit avant le départ. Je fais un passage le lundi après-midi voire bob Miorin qui me prodiguera certain conseil que je ne négligerai pas pendant la course.

Nous passerons la soirée de lundi soir à discuter avec la famille Pallaruello autour de pizza, bière et des trophées de la famille sur des courses mythique et les anecdotes vont bon train. Je suis à l’écoute et impressionné par le palmarès mais gilles et Françoise sont très humble et renversant par leur gentillesse.

Nous arrivons à Mérignac 10h du mat, nous passons la sécurité et là a 10’ de l’embarquement, je dois me soumettre à un contrôle aléatoire SSS. LA TOTAL : explosif, vidage des sac et présence de mon couteau de l’étoile savoyarde dans ma sacoche. En 18’ et beaucoup de stresse je peux embarquer. Le douanier a été cool et à bien vu mon stresse et ma bonne volonté. Bon l’amis popol m’a bien aidé a resté pres de mes affaires pendant le contrôle car sinon j’embarquait pas.

Arrivée à Athènes le 25/09 vers 15h30 je prends le bus de l’aéroport qui est direct pour l’hôtel x96 et je prends possession de l’hôtel London pour cette nuit avant de rejoindre le FENIX ET LE TEAM France demain. Je profite de la première journée pour visiter en courant Athènes. Au total 27 km de glyfada au centre d’athènes en alternant avec le tram .

Je m’acclimate mais le temps est changeant avec beaucoup de vent et un peu de soleil mais d’après l’organisateur le pire arrive le 28-29/09 avec un cyclone sub tropical.

Le stresse monte chez les coureurs et les accompagnants. Pour ma part en solitaire, j’avais anticipé la météo et j’avais prévus du chaud et des vêtements étanches.

Le mercredi, je prépare mes 3 sacs bags et mes 3 sacs nutritions au cas ou car sans assistance faut tout prévoir même l’impossible. Pas de chaud que de quoi se couvrir et avoir chaud dans mes sac . les pieds au sec vont être le maitre mot et la crème pour les pieds… celle que j’ai eut du mal a passer à l’aéroport de bordeaux.

Le briefing a lieu en 4 langue et nous avons la primeur d’apprendre la présence sur le parcours du cyclone sub tropical zorba «  dit zorba le grecque ».

 8

Athènes (Acropole, CP 0) --> Corinthe (Hellas Can, CP N°22, km 81)

Le départ a lieu le vendredi à l'aube, au pied de l'Acropole à 7 heures. Un site magnifique que j’ai pu visiter mercredi. Le temps est chargé et à la pluie mais les gouttes tardent à venir. 7 h moins 5 la pluie fait son apparition peu avant le départ. Nous sommes 400 coureurs et les équipes profitent de se moment pour prendre des photos des teams. On sent le stresse d’un départ d’une course d’ultra endurance mais la sympathie et le partage règne malgré la tension d’une si longue épreuve.

Je suis fin prêt, le jour J arrive et je n’ai pas de pression. Je n’ai que seulement 5 à 10 % de réussite mais je compte bien les mettre à profit pour le transformer à 100% et être finisher.

Le départ est donné et je cours avec jean louis vidal ses premiers km. Nous sommes sur les boulevards. Je m’arrête faire pipi de suite après 1km car avec le froid je ne vais faire que cela. Je repars juste derrière la voiture balais et part de l’arrière du peloton. Je rejoints jean louis et nous avons une foulée économique et nous discutons.

 Nous empruntons ensuite la Voie Sacrée (Iera Odos) et je laisse partir jean louis mais je retrouve ana, gérard Seguy et thierry Triconnet ce jusqu'au monastère de Daphni nous allons nous suivre et nous doubler et redoubler dans la bonne humeur et continuent via Aspropirgos jusqu'à Eleusis. Puis ils suivent l'ancienne route vers Corinthe. La circulation est dense et la pluie redouble mais elle est chaude. Le seul inconvénient dans se passage est la circulation bruyante et la pollution qui gène la progression.

Cette zone industrielle à l'ouest d'Athènes est une succession de raffineries de pétrole et autres usines, pas vraiment la carte postale de la Grèce... La pollution, les odeurs de pétrole, et surtout la pluie qui s’intensifie commencent déjà à durcir la course. Vers le km 27 / CP N°6

Nous avançons et je retrouve Eric Derivaz. Nous passons le marathon et la pluie a cessé nous y sommes en 4h25. Je suis bien et ma foulée économique me permet de pas trop laisser de jus. Nous croisons encore les accompagnants des coureurs français au avant-poste comme jbj qui accompagne Yann Stephan et Françoise et Angel qui accompagne gilles. Je croise à plusieurs reprise dimitruis que j’ai rencontré sur la transegaulle 2016. A plusieurs reprises sur le parcours il me sera un fort allié pour redonner espoir.

La route est encore longue. Nous passons à Loutropirgos, puis à Megara juste avant de boucler la distance du marathon. Les paysages est désormais beaucoup plus agréable vers le km 50 mais ravagé par les incendies de cet été. Le soleil est absent et le ciel fait des sienne. On peut observer dans l’eau la formation de cercle qui emmené l’eau en hauteur et oui des tourbillons de vents font leur apparition. Il n'y a pas encore de fort dénivelé, mais la route n'est jamais plate, le pourcentage est toujours en faux plat montant. La vision de la Mer Egée sur la gauche peut donner des envies de baignade... mais aujourd’hui l’aspiration est ailleurs ralliée sparth.

Nous arrivons vers la zone séparant l'Attique du Péloponnèse en empruntant le pont au-dessus du Canal de Corinthe (km 78,5). Peu après (2,5 km), après avoir tourné à gauche on parvient au premier gros poste de contrôle: Hellas Can Factory (CP N°22, km 81). C'est le premier CP où les équipes d'assistance peuvent intervenir.

Peu avant le ravitaillement, je fais la connaissance d’alex un américain avec qui je discute pas mal. Nous passons le canal et la beauté du décor est magnifique. Je me fais une pause-café dans un routier et j’utilise leur toilette car depuis le début. Je cherchais un lieu pour me soulager proprement. Le patron du bar- restaurant est surpris de mon arrêt technique mais je lui explique que je fais la course en solitaire. Il explique alors à ses clients à haute voix le spartathlon et là je vois les yeux s’agrandir et se dire mais ils sont malades. Je repars tranquillement vers mon but et chacun retourne à ses occupations.

Au km 81 je vais faire le choix en ayant de l’avance de me faire massé, par deux physiothérapeutes que je reverrai sur le parcours, et mangé. Ce qui va être salvateur par la suite. J’arrive frais, ne pioche pas et peu m’alimenter correctement. Mon premier sac de replis est au CP 32 avec mes affaires mais ici j’avais mis une paire de chaussette, de la nok et de la nutrition pour porter sur moi. Je profite du ravitaillement solide pour me manger un plat de pate et un yaourt.

Qui va doucement, va surement. Pour l’instant le plan de marche se déroule à la perfection. Que ça continue. Beaucoup de coureurs sont déjà a l’arrêt ou en piteuses état a ce point. Une autre cause d'abandon ici est que ce CP est un véritable piège pour des coureurs fatigués : possibilité de s'asseoir, de se faire masser... Il faut prendre son temps pour l'indispensable, mais repartir sans s'attarder.

 

Barrière horaire du CP N°22 km 81 (Hellas Can) :

  • 16H30 (9H30 de course / 81 km)  , j’arrive a 16h01 et j’en repars a 16h15.
  • Soit 9h15 de course

 45085241862_dc5f6f1920_o

Corinthe (CP N°22, km 81) --> Némée (Ancient Nemea, CP N°35, km 124)

Je repars et j’aperçois gérard et éric ensemble avec virginie la fille de gérard qui leur porte l’assistance. Cela fait plaisir de voir des français. Gérard boite et eric est pas au mieux. Je leur souhaite bonne chance et bon courage.

La route étroite continue en direction du sud, puis vers l'ouest pour traverser Examilia puis l'Ancienne Corinthe. Nous passons ensuite à proximité du célèbre site archéologique, ou je croise virginie qui me dit que son papa n’est pas loin derrière. Je trouve le site magnifique et profite de faire quelques rushs.

Je suis toujours avec alex  (l’américain) et on papote pas mal. J’apprendrais qu’il est d’origine française de la région parisienne. Direction maintenant le nord-ouest, la route traverse désormais une région agricole et est bordée de vignes, d'oliviers, de vergers. Mais le temps se dégrade et l’on voit apparaitre de grosse flaque et des route bondé de boue. Le temps en fond vers les montagnes et noir. La météo se dégrade et les routes aussi. Le ciel s’assombries et je continue ma course vers sparth.

Les bords de route sont jonchés de détritus. Je cours seul depuis quelques minutes mais rejoints certain coureur qui alterne le Cyrano.

 Le km 100 est franchi en arrivant à Assos. Je les passe en 11h53 .J’ai 31’ d’avance sur les barrières mais la forme est la et je n’ai pas l’impression de forcer. Nous sommes à peine à 2 kilomètres de la Mer Ionienne. Nous traversons ensuite Zevgolatio avant de se diriger plein sud.

La route s'élève et je retrouve gérard et éric qui me rattrape (de 20 mètres d'altitude à Assos jusque 340 mètres à Némée sur 24 kilomètres) alors que la nuit commence à faire son apparition de bonne heure avec se temps déplorable. Il est à peine 18h30 et la nuit est noir la chaleur n’est pas notre ennemi mais la pluie enfin et il faudra allumer la frontale mais oups je l’ai mise au CP 32. Je fais alors route commune avec éric et quelques coureurs bienveillants ou je m’abrite derrière leur « allo » de lumière pour me guider. Au CP 28, je croise virginie qui vient aux nouvelles et me demande si cela va.

Au CP31 , je croise un grecs qui me porte assistance sur la zone de ravitaillement et me fournis au cul de son coffre de sa voiture un sandwich jambon , tomate fromage . je l’ai remercié 1000 fois en lui promettant une bière à l’arrivée.

J’arrive au CP 32 nous sommes devant un bar restaurant. Je récupère mon matos (chaussures sèche, lampe torche frontale et fait une pause technique pour prendre mes affaires propres dans mon bag. Le lieu est chaud et bien abrité, Je recharge en nutrition avec une bonne soupe chaude au ravito et je repars aussitôt avec éric qui passe à ce moment-là. Jusqu’ici tout va bien juste que je suis trempé jusqu’à l’os mais il ne va pas falloir perdre de temps si le temps se dégrade.

 

Pour finir cette étape, nous arrivons à Halkion et franchissons la moitié de la distance totale avant d'arriver au 2ème gros checkpoint: Némée (km 124) CP35 en 15h43 avec seulement 15’ sur les délai.

 L’orage se fait entendre et fait rage au lopin au loin et la pluie redouble d’intensité. Je quitte eric car je passe devant lui pour mener l’allure car je le vois dans la difficulté, nos chemins se perdront au pied de la grande ascension ou je vais arriver au cp avec 10’ d’avance seulement. La montagne arrive et il va falloir être fort et costaud. Je suis toujours dans les barrières mais la nuit va être cruciale. A ce moment de la course, la pluie est supportable et chaude.

Barrière horaire du CP N°35 km 124  (Ancient Nemea) :

 

  • 23H00 (16H00 de course / 124 km) je passe à 22h 43’55
  •  En 15h43’55 de course

 7

Némée (CP N°35, km 124) --> Lyrkia (CP N°43, km 148,5) 

Un peu après Némée, la route est peu entretenue, il y a de nombreux cailloux et nids de poule, il faut faire attention dans l'obscurité. Ça descend un peu avant de remonter (+ 150m d'altitude environ) sur un chemin non asphalté. Nous sommes au milieu des vignes et des oliveraies.

Je suis bien dans cette nuit noir et éclairé par des éclairs au loin. Je suis couvert de la tête au pied et bien trempé. Je vois les lampes torches dans la montagne et je me retrouve seul depuis quelques km. Eric n’arrive pas à suivre la vitesse pour être sur les barrières horaires, il souffre. Dans la nuit noire et les pourcentages qui commence à s’élever, j’avance doucement mais surement.

La route, maintenant goudronnée, descend ensuite pour perdre plus de 300m d'altitude, en passant par un des CP les plus animés du parcours : le village de Malandreni CP 41.

Un endroit où l’on sent la vie, des odeurs de grillade et de poisson grillé donne faim. Je me ravitaille en coup de vent et repart à l’assaut de la montagne car il est 2h03 et les barrières sont à 2h20 et 19h03 de course.

J’avance toujours avec la volonté d’un seul but sparth en tête. Le déluge commence ici. Nous entrons plus ou moins dans une course solitaire ici. Nous sommes qu’avec nous même et l’on sent que les gens on peur pour nous car les orages grondent de plus en plus fort et se rapproche de la montagne.

Je ne croise plus grand monde du team France ni eric , ni gérard  et je ne vois plus virginie avec sa voiture. J’évite de me poser des questions inutiles et j’avance. A cette heure-ci, je vais avertir Nathalie que je vais bien et que je coupe tout moyen de communication car les conditions se dégrade a grand pas et que mon téléphone prend l’eau et je sens surtout que s’est l’heure de lâcher prise et me concentrer sur l’essentiel.

Cela remonte déjà un peu avant d'atteindre Lyrkia, fin de la 3ème section au pied de la grosse difficulté que l'on appelle simplement "La Montagne". Il reste un peu moins de 100 kilomètres...

Barrière horaire du CP N°43 (Lyrkia) :

  • 03H00 (20H00 de course / 148,5 km) J’y passerai avec seulement 12’ d’avance vers 2h48
  • Soit 19h48 de course

 6

Lyrkia (CP N°43, km 148,5) --> Nestani (CP N°52, km 172)

Après Lyrkia (altitude 240m), la route s'élève fortement (près de 850m de D+ sur 13 kilomètres jusqu'au sommet). La route est bitumée jusqu'au CP N°47 "Mountain Base" (altitude 750m).

J’arrive à la base Montain avec un sac de change propre et je le récupère assez vite car j’ai que 10’ pour repartir sauf que la une coureuse étrangère est mal. J’appel le médecin et son entraineur car nous nous doublons et redoublons depuis le 42 eme km . Je me souviens juste de son numéro le 63, elle était déjà pale au 80eme km mais la au CP 47 au 159 elle vomis et est très très pâle mais elle repart. Entre temps je me change et repart avec chaussure, chaussette propre et nutrition chargé à bloc. Il est 5h00 :14 et je repars à l’ascension de la montagne dans le brouillard et je suis dans les derniers.

Je remonte une trentaine de coureurs dans l’ascension car je suis à l’aise et bien.

Les deux derniers kilomètres d'ascension pour parvenir en haut du col appelé Sangas Pass se font sur un véritable sentier de montagne (plus de 300m de D+ sur ces 2 km, certes à priori de quoi faire rire un trailer averti, mais... avec la fatigue accumulée, le contraste de température, et la foulée rasante répétée inlassablement depuis le départ cela peut faire des dégâts).

Des lampes clignotantes indiquent le chemin à suivre. Je me surprends à courir à petit trot. Au sommet (Mountain Top) se trouve un petit PC de montagne. Je prends une soupe, changes mes piles de frontales et repars sans trop m’arrêter car le brouillard et le vent est persistant. Il peut y fait très frais, froid et pluvieux et on voit et entend encore le tonnerre qui gronde de plus en plus fort. Les rescapés qui parviennent en haut viennent tout juste de franchir le cap des 100 miles. Il reste encore 84 kilomètres à effectuer.

Les sensations sont bonnes au sommet mais je ne m’attarde pas et j’entame la descente prudemment a petit foulée économique. La descente en lacets pour rejoindre le village de Sangas (CP N°49) n'est guère plus aisée (plus de 300m de D- sur 3 km) et peut s'avérer douloureuse pour les quadriceps. J’évite la foulée traumatisante car après il y a encore quasiment 100km.

J’arrive dans le village au pied de cette montagne et me dit que le plus technique est passé maintenant sparth n’a qu’à bien se tenir mais le temps et les délais me ramène à la réalité que rien est gagné. Je retrouve mes 2 masseuses dans une église orthodoxe qui procède au massage dans l’édifice ou se sourit si tard est-il ou si tôt. Je les remercie pour leur gentillesse et leur gratitude. On s’embrasse et je repars. Un moment riche en émotion qui regonfle quand on est en solitaire sans assistance. Elle me souhaite bonne fin de spartathlon et à l’arrivée.

Les pieds commencent à me faire mal avec la pluie et je retrouve une paire de chaussette propre et de la nok dans un petit sac d’appoint mis après la montagne qui sera très efficace. Je re-nok et repart petite paire de chaussette nok et deuxième paire pour les frottements ça absorbe bien l’humidité ou du moins me fait disparaitre les douleurs sous les orteils.

Après Sangas, le ruban de bitume reprend ses droits et la route descend ensuite beaucoup moins brutalement jusqu'à Nestani. Les routes sont magnifiques et l’on voit malgré le temps des paysages magnifique avec des petites routes sinueuses qui montent dans des villages perchés avec un arrière-goût de campagne idyllique ancestrale.

Barrière horaire du CP N°52 (Nestani) :

  • 07H30 (24H30 de course / 172 km) arrivé a 7h23 seulement 7’ sur les barrières
  • soit 24h23 de course

 spartathlon-2018-40_44258104874_ospartathlon-2018-28_44977146911_o43108238_1167770140042991_1587939178442653696_o

Nestani (CP N°52, km 172) --> Tégée (Tegea - Allea, CP N°60, km 195)

Le jour commence ou est levé. Je me retrouve à avoir froid mais je ne suis pas le seul. Les coureurs sont frigorifiés. J’ai l’impression de doubler des zombies le long de la route. Au bout d’1h, je retrouve la chaleur après un bon thé et café.

Cette section est relativement plane dans la plaine agricole de Tripolis. Le 2ème jour s'est déjà levé pour les coureurs rescapés du gros du peloton, l'aube soit brumeuse, venteuse et humide mais supportable.

Cette portion très linéaire ressemble au paysage de la creuse.

Je double Dean Karnaze l’américain qui est en déroute et avec qui j’échange quelques mots et me souhaite bonne route.

L’atmosphère avec les coureurs est vraiment bienveillante. Je retrouve mon amis américain Alex au 186 mais il est dans un sale état. Il arrêtera ça course ici au CP 58  T JONCTION et je suis bien triste de plus le revoir venir. Je procède à mon nokage de pied et la mise de chaussette sèche pour le s60 dernier km. Je change mon t-shirt et repart sans trop d’arrêt vers 10h10 à 5’ des délais.

A partir du 196, je rejoints un groupe de 5 coureurs après le ravitaillement, nous allons faire une bonne partie de la fin de course ensemble. zorba nous fait dansé mais à sa sauce.

J’ai de bonne sensation depuis quelques km et la sensation de fatigue m’a quitté. Ma foulée est fluide même si elle ne va pas si vite que cela mais je passe tout les check point avec aisance et je prends les choses positive. Tant que mon m’enlèvera pas le dossard, je n’abanderai pas cela est certain.

Ciclone atinge Grécia durante a prova do Spartathlon

Une force me pousse depuis cette nuit et cela n’est pas le cyclone sub tropicale (forme de tempête avec des vent allant de 100 a 150 km/h) mais plus la force des gens qui me soutiennent.

La route traverse une succession de hameaux et le village de Zevgolatio Arkadia. Je signe mes premiers autographes aux enfants des villages traversées. La population est dehors malgré le déluge.

A ce stade, j’ai les pieds qui me brule du au frottement et à l’eau qui s’est écoulé dans nos chaussures depuis le départ car dans certain chemin nous avons eut des torrents mais apparemment le pire est devant nous et au CP 60 on nous demande d’être prudent car nous allons dans la zone la plus turbulente du cyclone.

La route continue sans relief particulier jusqu'à Tegea où il ne restera "plus que" 50 km à parcourir.

Barrière horaire du CP N°60 (Tegea - Allea) :

  • 11H10 (28H10 de course / 195 km) je passe en 11h06 soit 4’ des barrière
  • 28h 06 de course

 eole 2

Tégée (CP N°60, km 195) --> Sparte (CP N°75, km 245,3)

 

Après Tegea, la route s'élève une dernière fois d'un peu plus de 300 mètres en 22 km.

Je suis dans un bon groupe avec un allemand, deux grecques, une paraguayenne et moi. Nos relais sont efficaces en côte et en descente chacun peu se préserver et donner un maximum pour le groupe et rentrer dans les délais. Les vents forcissent et l’eau ruisselle de plus en plus des torrents mais cette fois il y a des déchets dedans voir de la boue jusqu’à mi cheville. L’avancé devient pénible avec des rafales tournoyantes ( un coup le vent et la pluie son froide et 10’ après la pluie est chaudes et des rafales de face)

Les coureurs traversent les villages de Kamari et de Manthirea (CP N°62, km 202,1) où la route pavée serpente à travers un paysage verdoyant s'étendant à perte de vue. Mais la méteo nous malmène de plus en plus et la circulation reprends de plus en plus. Les montées au col sont de plus en plus pénibles et ils nous en reste 2. Je gère tant bien que mal et avec karina rios ( paraguay ) et diego piris slater son entraineur et amis notre duo ou trio se passe bien et l’entente malgré le manque de parole se fait comprendre. L’arrivée à sparth n’est que la seule solution.

Dans la tourmente des vents nous avançons. Diego me donne un sandwich au ravito du 216 car il voit que je pioche. Le cyclone redouble et la je trouve la compagnie d’un chien voyageur qui me suivra jusqu’au cp 69 227 eme km. Pourquoi est il la que fait il a me suivre .. ? est une protection de Poséidon ou de Eole dans la tourmente. L’allemand lui jette des cailloux. Je lui dis qu’il n’est pas méchant on verra ou il nous suit. Il nous suivra pendant 40 km.

 

 

https://www.facebook.com/RomagnaRunners2015/videos/151141879164695/

Depuis quelques km c’est l’enfer sur terre 2’ à attendre que les vents passent au pique de la rafale avec les pieds en quart et 10’ à courir le temps que les rafales s’estompent. Des coulées de boues et les camions pétroliers nous passent à raz les étiquettes avec des gerbes d’eau comme si on prenait une grosse claque. Le combat est inégale, je me demande combien d’heure cela va encore durée car cela fait 4-5h que l’on affronte ce démon.

Le col se profile mais je vois m’éloigner karina mais je recolle en haut du col. Son entraineur vient prendre des nouvelles en voitures mais je lui dit de faire leur course mais il tient à me porter de l’aide car j’ai été un bon allié avec ça coureuse ;

Les 28 derniers kilomètres sont quasiment en descente dans la vallée de l'Evrotas à part une légère remontée au niveau du dernier gros CP (Monument, CP N°69, km 227,5). Nous avons au moins 30 personnes qui attendent me bus frigorifier. Je retrouve la fille du président du sparth qui me voit dans la souffrance. Je n’ai plus la force mais le médecin de la course me dit quelques mots qui me porteront jusqu’à sparth. Je vois partir karina et je ne la reverrai plus

La route plonge ensuite vers Sparte. Les lacerts sont interminable et l’eau j’en peux plus … ça fait splash splash splash. Je retrouve même à 10 km les pompiers, les pelleteuses qui commence a vouloir déblayer les coulées de boues. Je n’y vois plus rien, ni fléchage, ni route. Je vais à droite ensuite à gauche . Un mec me double accompagné de sa voiture bien à l’abris.

Après le village de Voutiani (CP N°72, Gas Station, km 236,2), les coureurs apercevront enfin leur objectif : Sparte. Mais je me demande ou est la ville et encore 4km … je fonce, je vois mon rythme a 6’50 au km. Je n’ai pas recouru aussi vite depuis le km 120-130.

J’arrive dans sparth plus aucun balisage, je ne trouve pas le CP 74 avec mon drapeau, mon maillot et mes sandales mais un rayon de soleil perse. J’arrive donc dans sparth sonné mais toujours dans les délais. Après moulte question ou est Léonidas à une station-service, à un automobiliste, j’arrive dans la dernière ligne droite qui mène a la statue

Après avoir franchi la rivière Evrotas (CP N°74, Evrotas Bridge, km 243,5), ou le pont est gorgé d’eau jusqu’à mi mollet, et là les valeureux concurrents, sont désormais accompagnés par des enfants à vélo mais personne. La ville ressemble a une champ de poubelle et pas l’ombre du ravitaillement a 2.5 km de l’arrivée…

Et c'est enfin la délivrance au pied de la statue de Leonidas après 245,3 km et un peu (ou beaucoup) moins de 35 heures 55 d'efforts. Je retrouve dimitruis qui a suivis ses coureurs grecs et que j’ai vu tout le début de la course jusqu’à la tombé de la nuit et au petit matin qui m’a supporté comme un ami.

12

Je lui tombe dans les bras il me félicite. Je lui donne ma caméra pour filmer tellement ma joie est immense et le plaisir qu’il soit là après la transegaulle 2016 ou nous avons partager énormément sur les routes.

Et puis au détour d’un café j’entends une, deux, trois voix françaises et qui je vois, Françoise, ana et ça fille avec une partie de la délégation française. Tout ce là en quelques secondes. L’émotions montent est forte et je tombe dans les bras d’ana en sanglot.

Françoise me félicite en me glissant quelques mots qui m’ont touché. Je repars dans les bras d’ana franchir cette ligne ou du moins ce qu’il en reste car c’est la guerre.

Kostis m’accueille et me glisse que je suis un phénomène, je l’ai terminé et je suis bien heureux.

Je respect le petit protocole car il est limité. Il n’y a plus de couronne d’olivier. J’aurai juste la chance de boire l’eau, embrasser les pieds de Léonidas en ça mémoire et de recevoir par la municipalité de sparth le trophée.

Je franchis donc cette ligne avec grande émotion et joie. Je suis dans un état convenable en ayant respecté mon plan de marche et mes allures sans me mettre en danger avec cette météo… je savoure, j’ai le regard hagard et je pense à tout le chemin parcouru avant, pendant et maintenant.

Barrière horaire du CP N°75 (Sparte) :

  • 19H00 (36H00 de course / 245,3 km)  35h53’ 235 eme sur 238 coureurs classés _410 Partants

 43028835_10217954820210049_7982878343810777088_n

Nous filons au soin et recevoir le t-shirt finisher, je ne resterai pas longtemps sur la ligne. Ana et sa fille me ramène à l’hôtel a 30 -40 km de sparth s’est un peu le panthéon des morts vivant. Après une douche un massage les gambettes sont raide mais vont mieux (merci ana).

Les coureurs marchent en canard. Je ne suis pas trop abimé par rapport à certain. Je monte prendre ma douche, savouré et aller rejoindre les autres coureurs français autour de la table vers 21h.

Ma nuit durera 3-4 h et je descend prendre un café, dur avec l’adrénaline de trouver le sommeil alors j’ecris .

Le lendemain, la ville de sparth nous accueille pour un repas et un pot dans une salle et nous retournerons par la suite à Athènes pour la cérémonie avant de repartir en France .

9

Le spartathlon ne se court pas… se vit... tout simplement.

Cette aventure se passe de mot. Nous traversons des émotions qui apportent une richesse intérieure inestimable. Elle nous traverse ou transcende. C’est une course hors norme qui nous transporte hors du temps. L’organisation sans faille avec la présence des meilleurs coureurs de la discipline d'ultra fond tout confondu si humble soit il est impressionnant… le but est seulement de toucher le pied de la statue de Léonidas depuis l’Acropole d’Athènes. S’il y parvient, et quel que soit son classement, il recevra alors pour seul récompense une couronne d’olivier et une coupe d’eau fraîche. Le Spartathlon est une course à part, baignant dans l’esprit originel de l’olympisme.

2

cette année nous somme 9 coureurs français à avoir franchis la ligne d'arrivée à sparth.

Les 10 nations les plus représentées à l'arrivée :
JAP 35/53
GRE 25/58
HUN 19/24 (79%)
GER 17/29
GBR 16/25
CZE 15/15 (100% et 7 coureurs en moins de 30h)
ITA 12/16 (75%)
USA 11/16
FRA 9/14
FIN 7/12

merci à tous du soutiens car cette aventure fut épique en 35h55 sur le fil du rasoir mais au final spartathlète.

Je tenais a remercié tout le soutient ma femme, ma fille celya ( qui ont du me supporter, les foulées du lavoir et phillippe , les coureurs , les accompagnants , mes amis qui ont du me porter et trouver le temps long entre le cp 60 et l’arrivée , plus de 10h, mes détracteurs , mes supporter sur la route, les rencontres sur cette même route, dimitruis , ana et sa fille , jean louis vidal de m’avoir supporté 6 jours non-stop, bob miorin ( pour ses conseils avisés) , francoise, gilles , angel et tout ceux qui mon aidé lors de ses 3 -4 mois avant l’épreuve à l’entrainement ou en dehors , sylvain de RRUN pour l'acceuil avant le départ et après, les participants de ma cagnotte participative ainsi qu'au coureurs de fond déolois ( mon club) a qui je répondrai individuellement mais laissé moi le temps car ce nuage je veux qu’il m’accompagne longtemps.

Le spartathlon on y vient et on en revient changer et je l’espère j’y reviendrai avec d’autre ambition que le finisher mais déjà avoir un dossard est difficile et en plus finisher est un luxe qui se mérite et je l’ai mérité me semble-t-il et le savoure, le délecte.

Pour info seulement 155  français l’on terminé en 36 Editions ( 146 hommes + 9 femmes )  source: JBJ.

J’ai la chance et l’honneur d’être dans se palmarès au panthéon des coureurs d’ultrafond

Comme l’affirme les puristes s’est le Graal de l’ultra fond. Le free running a de long jour devant lui et moi avec.

Car on avance en respectant son corps et si l’on ne se respecte pas sans respecter l’épreuve on ne la termine pas. Celle-ci m’a donné du fil a retordre mais j’ai pris un maximum de plaisir (peut être 1h ou 2 sur 36 h ou je me suis demandé ce que je foutais la mais ça va).

 

«  rien ne nous emprisonne excepté nos pensées,

 

                                                                                  rien ne nous limites exceptés nos peurs …

 

                                                                                    et rien ne nous contrôles exceptés nos croyances »

 

Nous sommes le maître de notre vaisseau qui est notre corp, le vecteur qui nous dit tu es en vie, vas, vis et deviens… et ne te laisse pas marché sur les pieds surtout par des ignorants jugeant ta condition et ton être … avançons car même avec 5% de chance de réussite tu peux aller au bout avec ce qui t’entoure faut juste y croire…

 2

 

spartathlon 2018 - film william dossard 378

 

Matériel utilisé lors de la course :

Départ JUSQU'AU  KM 126 :

               T SHIRT MANCHE COURTE RAIDLIGHT ULTRA LIGHT 

                VESTE SANS MANCHE POLI ( coureurs de fond deolois)

                MANCHON BROOK BRAS

                CHAUSSETTE KALENJI  LONGUE

                BAGGY SHORT KALENJI TRAIL 

                CHAUSSURE KALENJI LD BLEU ET JAUNE ( paire 1 )

OPTION PLUIE sur moi au départ  - veste étanche raidlight, porte dossard etanche raidlight , plus nutrition ( barre, noix de cajou, etc..)

 

KM 126 au km 168 ( montagne) :

               T SHIRT MANCHE longue RAIDLIGHT ULTRA zip bleu 

                CHAUSSETTE KALENJI  LONGUE ( paire 2 )  + petite paire de chaussette fine dessous et nok des pied toute les 4 h.

                BAGGY SHORT KALENJI TRAIL + CORSAIRE 3/4 BROOK SOUS LE SHORT

                CHAUSSURE KALENJI LD BLEU ET JAUNE ( paire 2 ) 

OPTION PLUIE sur moi au départ  - veste étanche raidlight, porte dossard etanche raidlight , plus nutrition ( barre, noix de cajou, etc..)

 

KM 168 au km 247 ( arrivée ) :

               T SHIRT MANCHE longue RAIDLIGHT ULTRA zip bleu ( pas changé de tenue)

                CHAUSSETTE KALENJI  LONGUE ( paire 3 )  + petite paire de chaussette fine 2 raidlight dessous et nok des pied toute les 4 h.

                BAGGY SHORT KALENJI TRAIL + CORSAIRE 3/4 BROOK SOUS LE SHORT

                CHAUSSURE KALENJI LD rouge et noir ( paire 3 ) 

OPTION PLUIE sur moi au départ  - veste étanche raidlight, porte dossard etanche raidlight , plus nutrition ( barre, noix de cajou, etc..)

 

 

PHOTOS ORGANISATION ICI

             

2018 Marathon de metz n°59

43951243_10218060166123631_2791694404136468480_n

 

14/10/2018 Marathon de Metz 311 3:50:16   Guillot William Coureurs De Fond Deolois

1

marathon Metz Mirabelle 2018
 

Le nombre exact des participants de cette 9e édition du marathon de Metz a été communiqué en fin de journée.

Marathon : 1312 coureurs
Marathon Relais: 2052 coureurs
10 Km Haganis : 2103 coureurs
UEM Run Kids: 1204 coureurs 
Soit plus de 6000 en tout, mais le soleil de ce 14 octobre 2018, est sans conteste la star de la journée. 

 

 video arrivée:

 2 arrivée

 

304 GUILLOT WILLIAM 03:50:25.17 03:50:16.16 01:44:27.77 V1 M 111

 

Posté par WILLIAM36 à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

2018 Marathon de rouen n°58

 

41824750_545892672534057_6839281672765046784_n

42200856_2132031466808607_7173326967574364160_o

ROUEN - SEINE-MARITIME

Organisation : ASPTT Rouen
Type : route

Programme :

Samedi 15/09 :
- 19h00 : Départ du 5KM  (Hôtel de Ville de Rouen)
 
Dimanche 16/09 :
- 09h15 : Départ du Marathon (Hôtel du Département de Seine-Maritime)
- 10h00 : Départ du 10KM de Rouen (Hôtel du Département de Seine-Maritime)
- 10h45 : Départ du Semi-Marathon (Hôtel du Département de Seine-Maritime)

 


 EDSC_0926

16/09/2018 Seine Marathon 76 - Rouen 541 3:58:14 Guillot William COUREURS DE FOND DEOLOIS V1M

Posté par WILLIAM36 à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 août 2018

revue de presse

2018_trail_du_sancy

2018_NR_SPARTATHLON_230820182018_

NR_SPARTATHLON_23082018

2018_la_montagne_15082018_domeyrot

echo_du_berry_top_100_francais

2012: Marathon de boston

marathon_de_boston_2012_NR

Marathon_de_Boston___F_te_frapp_e_de_plein_fouet___17_04_2013___La_Nouvelle_R_publique_Indre

marathon_de_boston___deols_mag_juin2012_

2013: saintélyon - la 180 avec le lyon ultra run:

Quatre_D_olois_ont_dompt__La_Saint_Lyon___14_12_2013___La_Nouvelle_R_publique_Indre

2014: Marathon du mont blanc

Guillot_tout_l__haut___06_07_2014___La_Nouvelle_R_publique_Indre

L'Armorbihan en mai 2014 - 187 km du nord Bretagne au sud Bretagne

L_ARMORBIHAN

SUR LA TRACE DU GRAND TRAIL DU ST JACQUES 144KM 4000 de D+ et 40000 de D- EN 27H

Grand_trail_du_st_jacques_2015_aller_PDF_Page_17_edition_de_la_haute_loire_20140927__1_

Grand_trail_du_st_jacques_2014_retour_PDF_Page_16_edition_de_la_haute_loire_20140928

2015 : Marathon de MARRAKECH

Ludo_et_Will___marathoniens_ coeurs_ouverts_01_02_2015_Chateauroux_36_La_Nouvelle_R_publique

2015: semi marathon de paris

resultat_semi_de_paris_2015_08032015

10_conseils_pour_r_ussir_sa_course___Lepape_Info_2

 2015: 100 km de Belvès

100km de belves 2015 ___29_04_2015___La_Nouvelle_R_publique_Indre

2015: ROUTE du Louvre - marathon ( photo la voix du nord de ce dimanche 17/04/2016)

943796_1786966454864776_8352142074726971549_n

2015: L'intégral de riquet 243 km non stop

william_guillot_COUREUR_DU_DIMANCHE_OU_COUREUR_DE_DEFIS___DEOLS_MAG_JUIN2015

William_Guillot_a_réussi_son_défi___11_07_2015___La_Nouvelle_R_publique_Indre

 2015: CCC 101 KM 6200 D+ D-

FACEBOOK NR 29/08/2015

ccc_2015_10eme_edition___running_attitude_Novembre 2015_

2016: Trail Hivernal du sançy 30 km 1500 de D+

 Trail_hivernal_du_sancy_2016___Paradis_blanc_pour_les_Indriens___20_01_2016___La_Nouvelle_R_publique_Indre

trail_du_sancy_2016__Des_paysages___couper_le_souffle___20_01_2016___La_Nouvelle_R_publique_Des_paysages___couper_le_souffle

une_nr video_trail_du_sancy

VIDEO. Le Déolois William Guillot au coeur du Trail du Sancy

 2016: 100 km de Belvès 40 eme Edition

Belves_2016___COURSE_A_PIED_Wiliam_Guillot_se_classe_18_e___en_9_h_20_aux_100_km_de_Belv_s___22_04_2016___La_Nouvelle_R_publique_Indre

2016: 24H DE BRIVE  : CHAPIONNAT DE FRANCE 2016

COURSE_A_PIED_France_de_24_heures___William_Guillot_sur_le_podium___14_05_2016___La_Nouvelle_R_publique

2016: L'ETOILE SAVOYARDE - 6 Jours - 6 étapes

Le_Déolois_Guillot_au_sommet___13_07_2016___La_Nouvelle_R_publique_Indre

2016: TRANSE GAULE

La_Transe_Gaule_est_pass_e_au_Blanc_mercredi___19_08_2016___La_Nouvelle_R_publique_Indre

Transe_Gaule___18_08_2016__Monts_sur_Guesnes___86_____La_Nouvelle_R_publique

Le_Telegramme___Roscoff___Transe_Gaule depart

2016: saintélyon - 180

Saint_Lyon___les_Indriens_brillent___17_12_2016___La_Nouvelle_R_publique_Indre

2017: 

article_presse_nr_belves_2017

 Abbaye___voeux du maire deols  2017 sportif de l'année commune de deols  recompense 1

 

 

2018: 

2018_0401_echo_du_berry_top_100_francais

2018_belves_nr

 2018_la_montagne_15082018_domeyrot

2018_NR_SPARTATHLON_23082018