La 6ième édition de l'Etoile Savoyarde avait lieu du 4 au 9 juillet 2016.

6 étapes en 6 jours dans un magnifique village à 10km de Chambery, Myans, un minuscule village est le lieu de départ de ces 6 étapes savoyardes.

L'étoile savoyarde est une course Ultra de 6 jours, de 6 étapes en « marguerite » à partir d'un camp de base  situé à la salle des fêtes de MYANS (à 10km de CHAMBERY en SAVOIE). Elle rassemble des adeptes des efforts sur longues distances. Seules les personnes majeures peuvent participer, et surtout les copains du couple Codet, Martine et Michel.  A noter que chaque soir, c'est repas gastronomique concocté par Michel l'organisateur. Les kilos ne sont jamais perdus en Savoie !

L'étoile savoyarde c'est dans la lignée des courses Ultra Saint Jacques de Compostelle, Transegaule, Loire Intégrale, Mil Kil, Gérard Denis, Intégrale de Riquet etc etc ... de vraies courses d'ultra.

Cette année 39 coureurs était présents au départ. Cette année l'edition était sous le signe et en hommage à jean jacques Moros. sa maman particpe aussi à l'édition.

L’édition fût encore festive et sportive 31 coureurs franchiront la ligne lors de la 6eme étape.

j'ai participé à cette 6 ème édition de l’étoile savoyarde.

13407060_1766740420222363_210819972055307017_npromotion 2016

Sous une semaine haute en couleur et chaleur, voici mon récit :

ETAPE 1 st Rodolph – st Marie du mont 56 km 1250 de d+ :8eme en 5h48

L’étape du jour par de myans comme les 6 autres. Aujourd’hui mise en jambes, il va falloir être prudent. L’atmosphère est bon enfant au départ de cette étape, l’euphorie de débuté cette aventure est bien présente. Il fait beau et déjà 22°c a 7h00 du matin. La journée s’annonce rude. Je pars prudemment dans les 15 premiers avec rené, maurice et robert, de bon vétéran du peloton avec l’expérience de course à étape.

13614924_1093365447405282_2415368318833429347_n13558972_1095755777166249_7431481534468969368_o

Je décide de partir cool avec rené Larché qui est expérimenté sur ce genre de distance. Nous passerons la matinée ensemble. Il m’explique la difficulté du parcours et les jours clefs. Le semi se passe plutôt bien en 2h10. Il me donne quelques conseils car les sensations ne sont pas au mieux. Les paysages sont de toute beauté. Nous parlons de nos expériences respectives, Les miennes étant petites, je suis là pour apprendre. L’étape est magnifique et nous aurons même droit à l’apparition du mont blanc sur la deuxième ascension. Le marathon est donc passé sous la barre des 4h30. A ce moment de la course lionel Rivoir nous rejoints et nous lâchera car nos rythmes ne sont pas les même. Je décide au 45eme de suivre lionel des yeux puis je le doublerai vers le 48-49eme km. L’étape du jour faisant 56 km je décide de lâché un peu les chevaux lors des 5-6 dernier. Je rejoints fred et nous finiront les 3 derniers km ensemble pour finir ex éco.

13580495_1095754813833012_235625527247079831_o

La semaine s’annonce belle et  difficile car la météo va tourner entre 32 et 38 degré. La ligne franchis nous iront nous désaltérer autour d’une bonne bière et d’un bon repas. Maintenant place au massage et à la récupération car ça sera la clef de la réussite.

ETAPE 2 Les Bauges 64 km 1500 de d+ : 7eme en 7h55

Le réveil à 5h15 fait mal aux yeux, nous déjeunons à 6h. Du pain, du café, des œufs, de la charcuterie, un bon jus de fruit arrosé de bonne confiture maison de la famille Codet pour nous remettre en jambe. Au programme aujourd’hui les Bauges, un des gros morceaux. On reprend les mêmes et on recommence sauf  FATON qui suite à des problèmes de mollets a du déclaré forfait ce matin.

2016-07-05_07-02-262016-07-05_09-13-37

7h pile, le départ est donné. Les leaders partent à une allure soutenue. Je reste derrière, en présence de Maurice, robert et rené. Leur allure me convient pour le départ de l’étape. Nous abordons les premiers vallons et je me détache du groupe pour rejoindre avant le premier ravitaillement du  15eme km christophe. Nous ferons toute la première montée du col ensemble et je me détacherai de quelques centaines de mètres à l’approche du col des près. Alain David n’est qu’a quelques 300-400 mètre devant mais nous le reverrons plus avant l’arrivée. Dans la descente Christophe me recolle nous continuerons ensemble une bonne partie de la journée. Nous arrivons au deuxième ravitaillement ou nous retrouvons Célia, la fille des organisateurs, petite vanne avant d’entamer une boucle sur une route plus fréquenté et une partie moins roulé. Une belle bosse nous attend au retour avant de reprendre la direction des sentiers escarpés. L’avantage de cette boucle s’est que l’on voit les coureurs sur l’autre côté de la route. Cela nous amuse avec Christophe alors on braille comme des gosses. Des fontaines viennent agrémenter la ballade alors nous faisons des pause rafraichissement. De retour au R3 qui est le même que le R2 nous retrouvons les bénévoles qui sont très attentionnés.

2016-07-05_09-15-45

Cette étape, nous fait remonter un col du Marocaz et un passage en sous avec une portion trail assez longue de 2-4km dans les cailloux appelé le couloir des Touvières. Un camion de bucheron est en train de débarder. Nous en rigolons avec Christophe et profitons du moment pour faire quelques poses photo. Le rythme est bon et nous sommes sur les basses de 8h. Dans la descente caillouteuse, je vais me tordre la cheville. Je dis à Christophe de partir car je le ralentis mais il reste avec moi. Je douille pendant 20’ et le ligament me laisse tranquille mais la descente jusqu’au ravito va être difficile pour ma part. Nous nous faisons reprendre par Phiphi et robert peut avant le col. Je prends mon ravitaillement et Christophe redécolle avec robert et Phiphi. Laurence nous suis de peu et je repars seul dans la descente. La mise en jambes est dur dans la descente. Je recolle à robert au bout de 2 km mais il me relâche car j’ai de moins en moins d’aisance dans la descente avec ma cheville récalcitrante. Je la joue cool et Laurence me recolle de temps en temps.

13615090_10210131267306116_6010551586397938487_n13626549_10210123488431649_1680405762676246315_n

13557876_10210123488151642_6571826548909795359_n13626348_10210117466801112_288757377179402828_n

Arrivée vers La chapelle et les 10-11 km  de descente nous reprenons des parties plus plates. Je réussis à reprendre Phiphi et robert au ravitaillement 5 sur la fin mais Christophe se détache de plus en plus et je ne le reverrai qu’à l’arrivée. A 3-4 km de l’arrivée, nous reprenons des chemin en balcon dans les vignes. Cela est vraiment agréable. Je fais un bout de route avec robert mais à chaque faux plat il marche et l’écart se creuse. Je terminerai l’étape a 2-3’ devant lui. Une deuxième journée difficile qui va laisser des traces avec cette chute en descente et la cheville foulée.

Je glace et masse le soir pour éviter les apparitions d’hématomes. Nous finissons encore la journée autour d’une bonne bière et de chambrage avec les coureurs,  accompagnateurs et bénévoles.

DNS de la journée :

Christian FATTON

ETAPE 3 COL de la Cochette 56 km 800 d+ : 7eme en 5h54

Ce matin , le départ à 7h est difficile pour ma part je pars de plus loin. Je reste à l’écart du top 10. Ma cheville gauche tordue la veille me fait mal. Je l’ai k-tapé. Je pars dans le groupe d’Eddy, Lionnel, Mathias et Russel. Arrivée à la sortie de myans nous nous égarons de quelques km vers Montmélian et le temps de s’en apercevoir et de faire demi-tour nous sommes retombés derrière le groupe de l’amis Hervé donc nous remonterons tout le peloton. En gros nous avons fait 2km en plus et perdu une quinzaine de minutes.

13640960_1095754537166373_5377806152727619420_o13620383_1094034030671757_2065226597810002600_n

Je décide de partir seul au pied de la première montée qui nous fait accéder au village La Chavanne. Je remonte au fur et à mesure Blandine, marc, mimi et Chantal qui se demande d’où j’arrive 9 km après le départ. Puis nous prenons à droite vers st Héléne du lac ou les paysage sont sublimes. Passé les petits villages, je rejoints jean louis dit crocs man ou nous passerons quelques km à échanger pour nous donner nos impressions respective. Je lui fais part que je compense à droite du à ma cheville douloureuse ce matin. Puis on se dit bonne route et à ce soir car nos rythmes ne sont pas les même.

J’atteints le village de Villard Prin ou le ravitaillement 1 est situé. Je rejoints ici thierry et jean philippe. Nous nous restaurons et repartons. Les chemins et route sont vraiment agréable sous ce soleil de plomb. Déjà un 28-29 degré a 8h30 le bitume est bouillant. La journée promet d’être torride.

13566933_10210124529857684_7874524583176563072_n13599811_10210125593604277_1488087739299049932_n

Nous prenons la direction de la Cochette et son col. J’aborde les premières pentes facilement et je vais courir dans 80% de la montée. Elle est courte mais avec 2-3 lacés a forte pente 7-8% ca calme un peu les cuisseaux. Dans la montée je rejoindrais l’amis Maurice. La descente ce fait plutôt rapidement à 11-12km/h et j’arrive au r2 à la trinité au 25eme km  avec en point de mire un bon groupe dont rené, maurice fred , laurence et robert. Je prends un ravito rapidement et recolle au groupe au bout de 3-4 km. Les sensations sont plutôt bonne alors que je n’étais pas certain des sensations ce matin au réveil. Je creuse l’écart au fur et à mesure de la journée.au ravito R4 un petit rafraichissement et je repars avec fred et laurence. Je finirais l’étape avec robert qui me laissera partir dans les dernier km des que ça monte, il ne peut pas suivre. Je vais finir l’étape à quelques centaine de mètre de Christophe qui lui était partis avec le groupe de tête ce matin. Je sauve ma journée mais il va falloir boire de l’eau et des bières et bien se ravitailler pour récupérer.

Je vais finir l’étape un peu émoussé mais frais à part cette douleur qui apparaît à droite suite à ma compensation de la cheville droite et cela va m’inquiéter. Au programme de la soirée piscine, glaçage et encore glaçage.

DNS de la journée :

Laurence JALLAGEAS

Sophie LABRIFFE

Chantal TOUGNE

 

ETAPE 4 Pas de la fosse – Lac de la Thuiles 56 km 1500 de d+ : 4 eme en 5h56

Aujourd’hui, le réveil fut vraiment difficile, les yeux gonflés par la chaleur d’hier et la cheville droite se calme mais le tibia gauche me chauffe bizarrement ce matin. Je stap en deux bandelette le bas et haut de la douleur pour contenir la douleur.

Nous partons pour une journée à forte chaleur et une température élevée. 34-35 annoncé. Je pars encore doucement comme hier mais encore plus prudemment car encore des faux plats nous attendent. Nous prenons la direction de st Baldoph et des contreforts de la chartreuse. La route s’élève après le 4eme km, je suis de plus en plus à l’aise quand la route s’élève. Pour atteindre le tunnel des pas de la fosse, nous avons un bon col à franchir. Je ferai la montée en présence d’eddy, robert et rené et puis au fur et à mesure que la pente s’élève je rejoindrais le groupe de christophe avec laurence ou nous finirons la montée ensemble et aborderons la descente.Au passage du tunnel on nous équipe d’un brassard fluo. Dans la 1er descente de la journée robert et réné nous débouleront comme des boulets de canon. Ils nous prendront quelques centaines de metrès et le groupes se reformera au pied de la montée suivante avec christophe, laurence, rené, eddy, lionel, phiphi et robert. Aujourd’hui ça se tire la bourre sur la 4eme étape. Je reste tranquille jusqu’au ravito r2 ou je change de chaussure. Je reste derrière et attend la remonté sur le lac de Thuiles car la journée va être longue.

13612227_10210135836620346_1238516370330892239_n13612106_10210135845620571_6226163983409896221_n

Dans les premiers lacets, je reprends eddy et robert et laisse partir les autres. Puis je recollerais au train à laurence et christophe. La route de la Bathie et la route de Cureinne vont faire exploser le groupe. Laurence m’accroche et nous doublons phiphi dans la dernière portion qui accède à Curienne. Nous nous ravitaillons bien car la consommation d’énergie est énorme. Je cours pratiquement 10’ et marche 1’ pour faire redescendre le cardio. La descente de Boyat à l’endroit de la bifurcation ou nous passerons 2 fois aujourd’hui est l’endroit le plus problématique ou manu se perdra 2 fois et 6 km de rabe aujourd’hui pour lui. En compagnie de laurence, nous attaquons la montée usante vers le lac de Thuile avec le passage vers Puygros.

13590435_10210135848780650_1172875863075548925_n13592325_10210135840300438_5288188798857698765_n

Nous trouvons un point d’eau dans un cimetière pour nous rafraichir car ça cogne dur aujourd’hui. Nous rattrapons fred partie derrière  le groupe de tête ce matin. Il se refait la cerise. Nous arrivons donc tous les 3 au ravito 3 de la journée au lac. Un paysage magnifique nous attend pour les yeux. Nous profitons des victuailles présente au ravito pour nous requinqué et repartir dans une descente effréné de 11km. Nous l’abordons sereinement car mon tibia me tiraille un peu mais au fur et à mesure de la pente la vitesse s’accélère et avec fred nous nous détachons. Laurence n’insiste pas. Je recolle à fred deux trois fois car la vitesse tourne entre 14-15 parfois. Après un ravito express pour pointé et se ravitaillé. Nous finirons la descente ensemble pour franchir la ligne encore une fois et pour la deuxième fois de la semaine mains dans la main.

13599917_10210133055230813_4933002372183254890_n13599857_10210135847980630_6211736403374664114_n

Les douleurs ne sont plus trop présente a la cheville gauche à part une petite douleur apparu lors de l’étape d’hier au tibia droit qui m’inquiète.

Glaçage, glaçage et cervoise seront encore de mise ce soir. Demain du lourd avec la petite chartreuse.

DNS de la journée :

Alain DAVID

ETAPE 5 Petite Chartreuse 67 km 1900 de d+ : 6eme en 7h25

Réveil difficile, journée heureuse, je l’espère au fond de moi mais chaque jour suffit à sa peine et je stresse pas mal aujourd’hui. Je pars doucement mais un peu plus vite que les derniers jours pour ne pas trop me faire distancé des groupes et chassé comme je fais depuis 3 jours.

13600122_10210124532777757_5706176997338539802_n13606470_10210142856635842_8417451234738335980_n

J’accroche le groupe du matin robert, rené et maurice. Je suis mais laisse partir christophe et laurence. La montée commence par celle du col du Granier mais dès les premiers km je recolle à christophe et laurence. Je reste dans le tempo devant fred gère son allure mais il est plus à l’aise que nous. Il nous décroche facilement. Mais nous restons en visuel.

13592785_10210135836940354_5047979293703039040_n13619977_10210135836820351_2011552162186430701_n

Nous avons des paysages qui remontent le moral, nous croiserons des vaches, des moutons, des chiens mais peu d’habitant dans ce panorama de dingue. On est aussi venu pour ça sur l’étoile comme la restauration du quotidien au top.

Le ravito du Granier arrive et nous redescendons dans la vallée à Epernay pour peu car ça remonte direct vers un deuxième col vers le Desert qui nous mènera à Entremont le vieux et Corbel, nous en prendront 3 d’affilé avec 1500 de d+. Certainement les plus beaux paysage des 6 jours avec ceux du deuxième. Ici la déception car j’apprendrais l’abandon de christelle. Je mettrais quelques km a digéré la nouvelle.

13600040_10210142858915899_4564654786381745726_n

13620788_10210142856955850_3220511243088103026_n13627253_10210142855555815_4502360097696710673_n13620258_10210135848580645_4370383891078981797_n

Apres corbel, je ne suis vraiment pas bien, je suis laurence des yeux et l’accès à saint jean de couz se fera dans la difficulté pour ma part. La journée s’annonce dur mais laurence reste à mes coté et je m’accroche. J’ai mal, l’estomac me le fait savoir. J’ai du mal à m’alimenter mais je continue quand même. La descente sur Chambery est un calvaire. J’ai le tibia qui me pique et le ventre qui ne veut plus rien savoir. Je suis laurence en pilote automatique. Je lui dis de partir mais elle me tire. Nous empruntons des petits chemins et arrivons sur l’agglo et la des bosses, des descentes, des remontées en plein cagnard. Au ravito 4, j’ai du mal avoir clair et penser. La montée de Jacob Bellecombette m’a démoli. Je suis archi cuit. Elle me distance un peu jusqu’au ravito 5 mais la suis à 400-500 mètre derrière et je finirai par rentrer sur elle dans la longue ligne droite de la piste cyclable. Peut-être dû au train qui est passé à ce moment-là. Je reprends du poil de la bête après cette belle hypo je pense sous la cagna ou j’ai du mal m’hydraté et mangé. Je reste au train a 5’50 au km sur cette voie verte cyclable. Nous finirons main dans la main les 500-600 derniers mètre et remercierai laurence de ca bienveillance de la journée car elle m’a pas mal tiré toute la journée surtout sur la fin de parcours éprouvante. Je suis arrivé SEC comme aurait dit christophe des anecdotes de l’Edition 2014 avec christian Perchoc passant des heures sur le bitume savoyard.

Voilà une journée de galère qui ne s’est pas terminé si mal que ça en limitant la casse grâce à une laurence qui resplendit d’étape en étape car elle est la seul du peloton a continuer à augmenter son allure de jour en jour.

Ce soir, comme me l’a si bien dit manu à l’arrivée, punaise tu as pris 20 ans. Oui sec comme des raisins de Corinthe. Je finis la journée par un glaçage, glaçage, cervoise encore et restauration à profusion pour rechargé les batteries. Les visages sont moins crispés qu’hier et la délivrance d’avoir fini cette étape couperet et fatal a la réalité de ses 6 étoiles

DNS de la journée :

Christelle VINCENT

ETAPE 6 Pontcharra – la Chapelle Blanche 56 km 850 de d+ : 7 eme en 5h41

La dernière enfin ou déjà. L’euphorie de cette étape est palpable mais l’envie va vite être freinée par un corps récalcitrant. Cette étape comporte le moins de dénivelé de toutes les étapes. il ne va pas falloir la négligé car elle fait quand même 55 km et 800 de d+.

13620340_10210142860035927_1117791995896707362_n

Je pars comme tous les matins depuis 4 jours de derrière pour laisser chauffer tous mes muscles endormi. Le départ est long car nous avons 21 km de plat avant d’attaquer les premiers raidillons. Je laisse passer l’orage car mon corps est en lutte permanente avec ma tête. Je n’avance pas. Je passe les 15 premiers avec phiphi et j’arrive au ravito 1 en 1h35. S’est roulane pourtant mais je n’avance pas. Maurice lui à mal au dos je le rattrape peu avant pontcharra. Au pied de la première bosse je recolle à rené, je vais essayer de rester avec dans le groupe il y a robert, eddy et lionel. Nous faisons quelques km ensemble puis je me détache avec eddy et la femme de manu qui est venu faire l’étape aujourd’hui.

Aujourd’hui les paysages sont moins impressionnant que les 3 derniers jours mais reste surprenant. On est venu pour ça comme les rencontres sur le bitume ou en dehors du bitume. Après le ravito 2 , j’aperçois laurence et christophe devant qui ont l’air de faire un bout de route ensemble aujourd’hui. Je repars du ravito avec la femme de manu avec qui nous ferons 10-15 km en commun. La deuxième bosse de la journée se profile et je décide de chassé laurence et christophe que je rattraperai au r3. Puis dans la descente, je  me détacherai pour avoir quelques centaines puis hectomètre d’avance avant le ravito 4. Je reprends un rythme après le 34 eme km entre 9.5 et 11 suivant le profile et dans les bosses, je suis entre 8-9. Je passe au marathon en 4h20 et je pense finir fort.

13612289_10210146452805744_8673810493201676412_n

Puis nous arrivons vers la fin de parcours passé le ravito de chavanne, je repars avec une émotion grandissante, je chante, je suis heureux et j’appelle mon père pour lui dire je suis à 6-7 km. Au bas de la descente, je suis ses flèches que nous avons suivies toute la semaine. Je passe l’enchainement de rond-point et de carrefour et je reprends le pont direction myans et la s’est le drame. Je vois une flèche à gauche à 200 mètre, je change de trottoir et ne voit pas le fléchage barré au sol. Je me retrouve le long de l’Isère la rivière qui coule dans ce village je ferai 2-3 km avant de me dire mais je n’ai plus de flèche… en fait j’aurai du prendre tout droit au rond-point et remonter sur myans. je me retrouve au milieu de la panpa, le long de l’autoroute. Je regarde ou est myans. Bon je vais essayer de récupérer le chemin en coupant à travers … de toute façon je vais faire des borne en plus. Je retrouve mon chemin au bout de 2 km et le fléchage du parcours sauf qu’il me reste encore 4 km. De colère j’accélère et m’aperçois que dans l’affaire j’ai perdu une bonne quinzaine de minutes. A 3 km de l’arrivée, je rejoints christophe, et la commence un échange plus ou moins à sens unique car je suis en colère après moi. Il me dit on finit ensemble et de colère suite à mon erreur je lui dis non, je continue et l’envoie baladé (ce que je regretterai immédiatement) car nous avons passé une semaine extraordinaire. Bref les choses sont passées et christophe est tellement une personne extraordinaire que je m’en excuse encore que nous avons bu quelques bières. Je franchis la ligne avec mon pas de chat habituel et gagné par cette euphorie le temps de retrouver Laurence qui me demande ce que j’ai fait.. Je lui tombe dans les bras et lui glisse à l’oreille un grand merci en laissant quelques larmes car l’émotion est forte après le passage de la ligne. Je l’ai fais

Voilà cette semaine savoyarde est terminé dans la joie et l’émotion d’une grande épreuve pour lequel je n’envisageais pas ce niveau de performance mais je l’ai bien fais. Je tenais à remercier tous les bénévoles, organisateurs, coureurs de leur sympathie et de leur générosité le long de ses trois jours. Jean louis de ca petite oreille le soir quand le doute s’installait. Laurence pour ça bienveillance lors des étapes et en dehors (mon ange gardien de la route comme la si bien dit Christelle), a Christophe pour ça folie et ça joie de vivre qu’il partage sans compter, à Fred pour sa gentillesse et sportivité ( il a tout d’un grand , bonne réussite pour le sparth en septembre) , à Hugo pour ses échanges tous les soirs car il est le digne héritier de son papa, à Cédric et robert qui partage en famille les émotions sportives, à tous les autres qui m’ont appris sur moi- même plein de belle choses, à martine et Michel leur sens de l’organisation et de leur gentillesse au quotidien qui nous a permis avec leur fille Celia de passé une semaine hors du communs à Myans.

Je tiens à remercié aussi ma famille, ma femme, ma fille, mon père de me suivre dans mes aventures car s'est de l'organisation et de la patience parfois avec les joies et les doutes.

On est tous venu chercher quelque chose ici avec cette étoile savoyarde. La est le vecteur et la richesse de toute ses rencontres, Merci pour cette alchimie, du bonheur.

Savoir se dépasser, chaque jour repartir quoiqu'il arrive et peut-être aller au bout pour se dire que l'on est capable de réussir de grande chose. Félicitations à vous mes amis d'ultra, vous avez été impressionnants.

CLASSEMENT GENERAL : 5 eme en 37h40 pour 355km soit 9.45 km/h

La victoire revient à Hugo st martin en 31h30 devant rémi DUBOS et cédric Charvin. Chez les féminine, l’épreuve est remporté par Laurence Suisse (championne de France 2011 de 24h) en  38h39 et 8eme au scratch.

http://etoile.savoyarde.free.fr/

13590250_10210152666801090_1785632223027669349_n13590272_10210146455045800_6282439782279514321_n

13592602_10210124533897785_4099274823819976380_n13620134_10210128116827356_4306843324868149783_n

 http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Sport/Courses-a-Pied/Courses-a-pied/n/Contenus/Articles/2016/07/13/Le-Deolois-Guillot-au-sommet-2781993#

16_07_09_Etoile_Savoyarde_dauphine2

16 07 09 Etoile Savoyarde dauphine2