Voila la derniere sortie longue le week end dernier de 4h et maintenant place au jus et à la fraicheur avec un peu de vitesse.


Le GRP arrive à grand pas 318km en juillet avec + de 10000 de +

La forme arrive et elle monte progressivement depuis juin.

Dossard 682 au départ du grand raid le 23 Aout 2013 à vieille aure.

voila un peu ma stratégie de course:

Jevais essaié de suivre les précieux conseils de: Christophe Malardé et julien Jorro.

http://www.fartleck.com/?p=888

Profil2013Grand

Les éléments clés

Une course en 8 étapes.

Ce GRP80km est long.

Le prendre au départ dans son intégralité, c’est le risque de ne jamais voir le bout. Fractionnez cette course par petites étapes. Ce principe est valable pour toutes les courses d’ultra. Ces étapes peuvent s’adapter au profil ou plus sûrement se caler aux ravitos. Si je devais le courir, je le tronçonnerais dans mon esprit de cette façon.

Etape 1 : Départ. Aller jusqu’au col de Portet sans encombres. Certainement beaucoup de marche mais ce n’est pas grave. Il faut être relax. S’arrêter en bas de la descente pour un ravito express juste pour faire le plein de liquides.

Etape 2 : jusqu’au col de Bastanet. Passé la piste de ski en mode marche, puis j’essaye de courir le plus possible jusqu’au col sans me mettre dans le rouge.

Etape 3 : la longue descente vers Artigues (voir paragraphe suivant). Toujours en mode facile. Je passe un peu plus de temps au ravito. Je repars le ventre plein !

Etape 4 : La montée vers le pic du Midi en quatre étapes :

Je marche jusqu’à la cabane de Tramazaigues.

J’essaye de courir le plus possible jusqu’à Pene Blanque.

Je marche jusqu’au col de Sencours, puis j’essaye de recourir sur la piste 4×4 vers le Pic.

Je ne traîne pas aux ravitos du col.

Etape 5 : Descente vers Tournaboup. Je prends le temps de bien me ravitailler sur ce parking.

Etape 6 : Col de Barèges. Penser dès le début de la course que c’est l’étape  »money time ». Si vous êtes bien là, vous ferez une belle course. Si vous êtes cuit à cet endroit çà risque d’être long ce retour !

Etape 7 : La bascule du col et cette descente où enfin je peux (je dois) engager jusqu’au restaurant de Merlans. Se dire que tout ce que vous courrez c’est du gain…courir le plus possible. Ravito rapide pour faire le plein. On soufflera à Vieille Aure…pas là haut !

Etape 8. Je marche jusqu’au col de Portet puis ensuite il n’y a aucune raison de marcher. Aucune ! Sur le papier c’est facile;-))

Alternance course marche :

Il n’y a pas de portions plates sur cette course…vous monterez ou vous descendrez. Si vous marchez uniquement dans toutes le montées, vous allez mettre beaucoup de temps mais à l’inverse vous ne pourrez pas courir partout.(çà vous le saviez déjà). Dans chacune des montées, il y a des portions où vous allez pouvoir (devoir) courir. Jusqu’au Col de Bastanet, vous les trouverez entre le Haut téléski Gentianes (kil 14,8) et le refuge du Bastan (kil 17,8). Dans la montée du Pic du Midi entre cabane Trameyzagues (kil 31) et cabane Pene Blanque (Kil 34,8). Enfin dans la dernière grosse montée entre Tournaboup (kil50) et cabane de la Pègue (kil55). Ce sont des portions moins pentues où vous devez vous obliger à alterner course marche par petits objectifs. A vous de trouver votre limite de bascule entre les deux modes. Si vous insistez trop en course à pied vous risquez de trop puiser dans vos forces.

La descente vers Artigues :

Certainement le plus gros piège de la course. Vous allez faire les 20 premiers kilomètres en montée pour 2000D+ jusqu’au col de Bastanet. Vous allez donc beaucoup marcher. L’envie de faire enfin de la course à pied va vous saisir dès les premiers lacets de cette descente. Mais attention, ne vous enflammez pas ! Cette descente est longue (10kil/1300D-) et très sollicitante musculairement avec beaucoup de franchissements de rochers. Il ne faut pas à ce moment de la course entamer votre capital musculaire exagérément. A Artigues vous aurez fait que 1/3 du parcours. Cette descente comporte aussi quelques petites remontées usantes notamment en approche du barrage de Gréziolles. Enfin, la longue montée à la sortie d’Artigues vers le pic du Midi, qui sera le plus gros  »chantier » de la journée nécessite d’être en pleine possession de vos moyens. Donc prudence !

Les bâtons comme matériel obligatoire :

Par la longueur du parcours et le nombre de kilomètres où vous allez marcher, les bâtons semblent indispensables. Ils vous seront d’un appui précieux et structurant lors des trois longues montées. Avoir des bâtons c’est bien, savoir s’en servir c’est mieux..donc emmener les avec vous en promenade lors de vos dernières sorties longues.