Samedi 21 avril 2012, me voilà de retour de boston après 8 jours passé outre atlantique.

Je viens de terminer mon 5ème marathon et pas l’un des plus faciles. Je pense qu’il mérite ses lettres de noblesses du plus vieux marathon du monde. Cette 116ème édition fût la plus chaude depuis la fin des années 70 (1976 avec 96°F – 36°c ).

26°c Au top départ à 10h00 et 32 à 35 °c pour les coureurs terminant vers 14h-15h se fût un enfer pour les 23000 coureurs ayant retiré leur dossard. L’organisation a demandé aux coureurs débutants de ne pas prendre le départ au vu des conditions climatique extrême et de reporter en 2013 leurs inscriptions 2012.

Pour information d’après le Boston globe de mardi, 1200 coureurs ont fait des malaises, 152 ont été hospitalisés et 10 coureurs étaient dans un état critique.

21556 coureurs franchiront la ligne d’arrivée dans les 8h imposé par l’organisation au lieu de 6 heures habituel.

voici une fichier audio de nos amis acadiens : click ici

 13344891079751334582501511

Après cette mise en situation des conditions dans lequel les marathoniens ont dû faire face, je vais vous conter mon périple américain.

Nous sommes partis de France vendredi 13 avril à 10h30 par la société aerlingus… arrivée à boston vers 16h30. Dès notre arrivée,  nous prenons la direction de nos quartiers dans un petit bed and breakfast dans back bay sur beacon Streets à moins d’un kilomètre du départ et 2 km des bus qui nous emmènerons à Hopkinton lundi matin.

IMG_8744IMG_8767

Nous prenons donc le retrait des dossards vers 18h au world Trade center… petite visite du métro de boston.. Ligne verte, ligne rouge, SL1 et nous voici dans l’antre des retraits des dossards. Nous sommes accueillis comme des princes par les américains : « OH vous êtes français … Bonjour… s’est votre premier Boston YEHAHA… euh good jobs…  ». CE MOT : « Good Jobs …. Va revenir tout le week-end.

Un fois le dossard 6766 et les 2 dossards pour le 5 k BAA retiré, nous visitons les stands. Toute les grandes marques sont présentes…

IMG_8819IMG_9035

Le samedi matin nous profitons d’un passage au stand Brooks pour faire quelques emplettes. Je me fais plaisir en me prenant les dernier « pure cadence » avec les dernier  t-shirt avec les manchons bras… résultat 170 dollars de claqué au stand brooks.

IMG_8824IMG_8849IMG_8844

De retour au B&B, nous nous préparons pour préparer un après-midi freedom trail dans boston en compagnie de quelques personnes qui vivent sur  place pour quelques mois ou semaines. Un visite qui nous fera passer par les incontournables monuments de boston (Boston Common, old state house, old north Church, Massachusetts state house, faneuil hall et uss constitution). Un petite dégustation de Canoli et des coureurs sont venus agrémenter notre visite du jour!!

IMG_8887IMG_8963IMG_8894

IMG_8978IMG_8959IMG_8986

Puis le dimanche matin fait place à  la course de 5k BAA. La course se déroule dans le centre de boston avec départ et arrivée à Cold-Play square. Nous participons avec Nathalie au départ à 8h00 du matin au sein de la foule d’une course populaire de 6000 personnes. L’ambiance est familiale. Nous y retrouvons des parents avec leurs enfants et des joggeurs qui sont là pour le plaisir … le 1 er mettront  14’ et le dernier plus d’1h10. Nous terminerons le jogging matinal en 26’32’’ pour Nathalie qui établit un nouveau PB sur la distance de 2’ de mieux.

13344888945891334489063112

Nous récupérons notre petite médaille et la dotation des coureurs (un petit pack de course avec nourriture, eau et fruit).

L’après-midi sera consacré à la visite de Harvard et du quartier  de MIT car le lendemain il y a marathon et un peu de repos s’impose.

Lundi 16 avril, le grand départ vers Hopkinton vers 6h00 pour les school-bus. Après 45minutes de bus nous arrivons sur le site du départ. Un village qui va accueillir 23000 coureurs. Un superbe accueil nous est réservé avec des bénévoles au petit soin ainsi que des ravitaillements au complet avec café, thé, boisson à volonté ainsi que des barres de céréale…. Même Adidas distribue de la crème solaire vu le temps.

13345711390961334576388741

Vers 9h30 départ vers la ligne de départ qui se situe à 2 km du village et là la pression commence à monter. Nous avons 25° et il n’est que 9h35 … je me pose un tas de question sur comment gérer ma course. L’idée, aujourd’hui, ce ne sera pas la performance mais la patience et la prudence. Il va falloir penser à s’hydrater et à gérer la course de façon à ne pas être dans l’orange avant le 30éme. Ça va être difficile. L’hymne américain est sonné ainsi que le départ des handisports. Le départ des femmes a été donné vers 9h30.

13345839542681334585219861

10h00, Le départ est enfin donné. Des frissons m’habitent et me transcendent .je dévale la pente d’Hopkinton à 13 à l’heure. Le public est massé sur le bord de route d’une densité impressionnante.

La course se déroule bien je passe le 1er 5 km en 23’30 à Ashland, le 10ème en 46’30’’à Framingham. Je décide à ce moment-là de levé le pied pour atteindre le semi-marathon en 1h41’ à Wellesley car le parcours est descendant mais vallonné. Le risque vu la température est de terminer mais pas dans les meilleurs conditions. Cette attitude sera la bonne et me permettra de tenir par la suite et de ne perdre que 10’ sur le deuxième semi avec des pics de température aux alentours de 32-35°c dans les Hill et l’entrée dans Boston.

13345860796871334585220523

On peut dire qu’ils sont fort niveau organisation. Tout était réglé comme un papier à musique. Nous avions tous les miles un ravito (eau, eau sucré, barre de céréale … même l’arrosage intégré par des spectateurs généreux).

L’ambiance de folie … Go runners, Go.. Good jobs, keep running … kiss me bref tout les encouragements pour nous motive sous cette chaleur de plomb. A l’entrée de Wellesley et ce jusqu’à boston donc ce sur près de 21 km, des spectateurs en masses mais cela m’était impensable avant de l’avoir vécu…

J’ai même eut droit à mes 2 Mr frizz au 35ème avec des glaçons dans mon t-shirt pour faire baisser la température corporel…. Je peux dire maintenant mon impression post marathon que la ferveur des américains, pour nous coureurs, est impressionnantes et cette course mérite son nom de doyenne et incontournable du circuit.

Nous sommes des dieux de l’olympe pour ces spectateurs. L’admiration est palpable dès le retrait des dossards et inoubliable pendant et après la course… même le matin avant de prendre le bus, un homme promenant son chien dans «  Boston Common Park » m’a accompagné  pour me faire l’éloge de l’exploit que j’allais accomplir. Il me rappel la victoire de Salazar en 1982 sous un soleil de plomb similaire à celui-ci….

 


Marathon de BOSTON 2011 : épisode 2 (Arrivée à Hopkington) crédit: jean philippe thuret

Après cette parenthèse émotion, je vais reprendre mon récit course. J’arrive au 25 ème kilomètre et le profil commence à vallonner un peu. Je commence à avoir du mal à relancer franchement et je finis mon 5 eme gel alors que je n’aurai du en consommer que 3 à ce moment de la course. Au  26ème les crampes me montent  dans la cuisse gauche ouah… la ferveur des spectateurs me donne l’envie de forcer mais mon cerveau me dis le contraire. Je lève le pied dans les côtes et accentue mes ravitaillements en eau et commence à boire du Gatorade tous les miles pour voir si ça passe. Que né ni, ça passe pas. Je réduits l’allure autour de 12km/h mais dans les bosses je peine à maintenir les 11 … la fin va être dur me suis-je dit à ce moment de la course. J’ouvre donc mes oreilles et me laisse porter par la foule. Au 30ème je sens que le jus reviens je maintiens alors l’allure de 12- 12.5 km/h et là arrive une succession de bosse que l’on ne voit pas énormément sur le plan mais qu’elle dégât cela engendre dans le peloton (du 25ème km au 36-37èmekm). Je remonte énormément de concurrent partis trop vite et au 33ème se profil une bosse ou des acclamations son digne des images du tour de France ou l’ascension finale de Marseille-cassis, marvejoles-mendes ou alençon-medavy pour les connaisseurs.

13345852202391334588778389

Nous sommes dans heartbreakhills « la cote de l’arrêt cardiaque » TU PARLE D’UN NOM…. Bref je passe la bosse à 9.5 de moyenne et la deuxième cuisse me fait des siennes à son tour… la poisse quoi. Pourtant je m’hydrate mais là mon chrono m’annonce une température entre 32 et 35°c ça commence à taper la haut… le duel au soleil est entamé… devant les kenyans craque et il annonce une victoire en 2h12 -2h13 … mutai le vainqueur en 2h03 a abandonné au 30 eme kilomètre… bref un calvaire pour tous les niveaux de coureur du débutant aux coureurs expérimentés.

Je passe le 35ème et mes crampes me lâche un peu mais je ne peux pas accélérer donc je maintiens encore mon allure à 12 mais je vois que sur la moyenne horaire je ne pourrais  pas maintenir 3h30 donc je décide dans prendre plein les yeux et de profiter du moment et le temps sera pour plus tard. Je passe Chesnut ou devait m’attendre Nathalie mais je vois rien avec cette foule … je cherche, je scrute mais ne vois rien pourtant elle a une pancarte brooks «  GO GO GO WILLIAM !! » mais dans la foule je discerne mal les pancartes tellement elles sont nombreuses.

IMG_911535 eme kilometres - shestnut hillIMG_9207

 

L’entrée par Brookline un quartier à l’ouest de Boston me donne l’impression que l’arrivée va être difficile. Les dernières relance avant l’entrée dans boston son pénible mais vu la remonté de concurrents que je fais,  je continue l’effort de maintenir l’allure… Des malaises de certain coureur sont perceptibles .Des sirènes n’arrêtent pas de retentir depuis 15’. Ouhaou des frissons me parcours le corps … cette peur du malaise que certain coureurs non expérimentés et expérimentés font me réfléchir et me dit que 10’ de perdu ne sont rien comparé au risque que certain coureurs ont pris en partant trop vite… mais boston reste boston et faire un temps pour certain est le graal et bien pour moi le graal sera de terminer entier et sans bobo.

Le 40ème kilomètres se profil et l’entrée dans kenmore et  l’arrivée sur boylstone Streets… une foule immense, des acclamations du tonnerre… bref un cocktail merveilleux pour en prendre plein les yeux je profite … le temps est en suspens.  Je tape dans les mains, des sourires se partagent dans la souffrance. Des go go go runnuers, good jobs… yes you can….

Je termine le dernier kilomètre et l’arrivée dans common avenue et cold play en levant les bras tapant dans les mains, zigzagant sur la route d’un coté à l’autre… des moments inoubliables.

A l’arrivée l’émotion prend le pas, la souffrance à été là mais l’émotion est positive … je repense à cette qualification à rome en 2011 et mon temps 3h12’ qui ‘a permis de me qualifier d’une petite minute cette année au lieu des 3 h15 dans ma catégorie 35-40 ans. Je prends ma breloque tant mérité aujourd’hui ainsi que ma couverture de survie et file restaurer car j’ai un peu la fringale en cette fin de course.

Les photos des photographes officiel, en cette fin de course, est une étape souvenir pour figer le moment inoubliable. J'ai ensuite contemplé ma médaille et pris conscience que j'étais un Boston Marathon Finisher malgré les ambitions de départ de –de3h20.

course arrivée

J’ai la tête pleine d’émotion encore difficilement exprimable sur papier à ce jour mais l’envie de revenir à boston est forte.

Ah oui mon temps 3h35’32’’ à la 3781/21554 arrivants, un peu déçu mais heureux d’être entier… je prendrais ma revanche à ma prochaine qualification. J’espère sous un temps plus clément... mais boston est une belle ville et agréable par-dessus le marché.

Un Big five à la portée de tous avec un peu d’entrainement quand même. Une course mythique qui porte bien son nom de la doyenne. Elle se doit d’être respecté et honoré je pense…

Nous finirons la fin de notre voyage 4 jours sur cape cod une cité balnéaire similaire à l'ile d'oleron 200 km au sud de boston ... avec un temps magnifique...

IMG_9533IMG_9743

voici un petit bonus de ma course: la video


marathon de boston 2012 - résumé de ma course

Un compte rendu d'un athlète : ici

 

16/04/2012 Marathon de Boston (USA) 3798 3:35:32   Guillot William Coureurs De Fond Deolois