Ô Tôlosa,

 

Préparation du marathon sur 10 semaines.

Ayant déjà réalisé un marathon cette année à rome et préparant la saintélyon pour décembre, j’ai décider de la faire sans objectif et de la faire à la sensation pour travailler mon long pour la sainté… donc no-pression.

Tout coulait bien quelques petite course nature dans la prépa : trail de chauvigny (86) 11km, les sentiers de Bacchus (03) 25km, le semi marathon et 6km de lepaud en creuse avec la particularité de pas être plat. Plus des km d’entrainement la semaine et week end bon 350km jusqu'à 3 semaines du marathon.

Là fin de ma dernière sortie longue 2h30 d’entrainement et un trou de vache et bing entorse de la cheville gauche ….

Passe 2 semaines de doute et de remise en cause… et le médecin me prescrit 4 séance de kiné plus une séance d’ostheo et la 3 eme semaines donc 7 jours avant le marathon je recours 30’ le lundi… pas de douleur…

Le mercredi 1h20 et pas de douleur, gonflement, la cheville est stable.

Les feux sont au vert donc je prend quand même la décision de partir à Toulouse pour au moins faire bénévole dans l’Orga car ça peut toujours être utile.

Bref voilà, nous arrivons samedi matin sur toulouse. Une petite visite de la ville et direction le village marathon.

Un beau petit village sur le capitol. Après moulte réflexion, je décide quand même de prendre mon dossard et de prendre le départ mais en révisant mon temps. Je prends les petit bracelé distribué par l’organisation et m’équipe du 3h45 et 3h30… je ferais le choix en course et suivant la forme.

 

Donc après le retrait des dossards, nous retournons dans le quartier patte d’oie dans un appart hotel sympa. La soirée passe petit resto avec au menu charcuterie, petit brandade de morrue et une petite glace en dessert avec une bonne bière.

Le stress monte les doute aussi. La nuit fût bien courte et venté.. le vent d’Antan fait des sienne.

Levée 6h00, préparation du petit dej. Café, céréale, pain, beurre, jambon… J’ai le bide plein donc je me prépare.

Dossard 113 en sas préf donc je me presse pas trop. A 8h00, départ à pied vers la ligne de départ qui se trouve à 1.5 km du stade de toulouse.

Je rejoins le monde au levé du soleil. Du monde , du monde autour de ce départ et oui nous sommes 3000.

Petit dépôt du sac vestiaire fournit par l’organisation…Les dotations sont pas mal pour 25 Euros. Sac, t-shirt technique, médaille, diplôme.

Un petit échauffement sous le pont du stade pour me protéger du vent qui est de plus en plus virulant. Entre marseille cassis 2010 et toulouse 2011 je me dis que les années se suive mais la pluie est absente ici.

Je rejoins le départ 10’ avant dans la sas préf et la je croise une quinzaine de bérrichon perdu en pays toulousain.

Le départ est donné avec 15’ de retard en raison du départ différé des relais qui partiront à 10h.

Le départ est donné et je suis un rythme un peu élevé mais rencontre un camarade de course du berri et je décide de rester avec car les sensations sont bonne. On discute, on papote et les km passe…. Nous revenons vers le capitol et le centre… 5 eme km en 23’30, le parcours est urbain et le vent de dos donc les sensations sont bonne.

7eme nous passons les 2 ponts de toulouse le neuf et les catalans… un peu de bosse ca fé pas de mal.. se seront les deux difficultés du parcours.

 Nous prenons la direction de l’extérieure de la ville vers Balma. Au 10eme je passe en 47’ un peu trop rapide mais le vent nous porte et j’ai l’impression de pas faire d’effort supplémentaire donc je reste accompagné de mon petit groupe et nous sommes devant le meneur d’allure 3h15.

Le 15 eme en 1h09’00, je me dis que s’est du suicide par rapport a ma prépa mais pourquoi pas… ça passe ou ça casse. Je suis toujours en compagnie de mon compère berrichon mais lui commence à fléchir donc je ralentis pour rester avec lui … Nous passerons au semi en 1h37 et toujours devant les meneurs 3h15 mais il reviennent comme des loco car depuis 1 km on a des relance dans un lotissement et du vent de face impressionnant.

Au 23 ème je décide de lever le pied car je vois plus mon compère et le vent est terrible..70 a 60 km/h seul face au vent. N’ayant pas eut le réflexe de regarder derrière pour voir ou était le groupe 3 h15 au 27 eme il me double et me dépose. Cette partie étant nul de tout spectateur et habitation, elle fût la plus dur du parcours avec ce vent d’antan. Je ne veux pas forcé pour les suivre et me dit que j’ai déjà réussit mon marathon en étant là sans casse.

Je gère mon petit passage a vide suite au dépassement du 3h15 et reprend un rythme de 12.5 12 km/h. Nous revenons sur l’entrée de tolosa et la un pont qui enjambe le périphe me redonne des ailes et reprends du tempo et les jambes reviennes.

25eme km en 1h54, 30eme km en 2h18 et 35 eme km en 2h44 je perds un peu de terrain mais j’essaie de garder l’objectif sainté en tête et me dire que finir pas cassé serait bien… donc tranquille mais sûrement, je reprends du poil de la bête et l’entrée dans le jardin des plante me regonfle et le publique re-deviens nombreux.

Et là, la France à perdu et les supporter de rugby nous encourage et nous donne le résultat défaite de la France mais la fête est quand même là à toulouse.

Le 40éme approche et je passe en 3h10’30 » encore qqes minutes de perdu mais la ligne est en vue et je donne tout, du moins ce que j’ai .. ;-)

L’arrivée sur le capitole est proche encore qqe anicroche autour du capitole et des pavée « tiens on est pas à Rome » La fin est difficile car les relances font mal, je reprends pas loin de 100 coureurs sur le boulevard. Des mecs comme moi partie trop vite mais eux sont à l’arrêt complet et moi je maintien un petit 12km/h pour sauver la mise.

 

 Je franchît la ligne en 3h22’43 et peu enfin savourer cette fin de marathon. Je me ravitaille pendant 15 minutes car la fin fût quand même difficile et dur a gérer.

Bref ce marathon est plutot pas mal sauf la partie au nord de toulouse un peu monotone.

L’ambiance y est festive. Plein de petit groupe sur le parcours avec des toulousain qui joue le jeu des encouragement.

J’y reviendrais s’est certain…

Ma prépa pour la saintélyon peu donc continuer après 2 semaines je réduit le long et fait ma dernière sortie de 2h ce week-end, une dernière de 1h45 la semaine prochaine et des bosse dans la semaine en 30’30’ et une ou deux simulation de nuit me permettrons d’être prêt pour dans 4 semaines.
23/10/2011 Marathon de Toulouse 415 3:22:43   Guillot William Macadam36